Modifié

Près de 700'000 personnes déplacées depuis décembre en Syrie

L'armée syrienne et son allié russe avancent sur Damas et Alep. Une reconquête contre les derniers djihadistes et opposants. [RTS]
L'armée syrienne et son allié russe avancent sur Damas et Alep. Une reconquête contre les derniers djihadistes et opposants. / 19h30 / 2 min. / le 10 février 2020
Les violences dans les provinces syriennes d'Idleb et d'Alep ont déplacé 689'000 personnes depuis début décembre, annonce lundi l'ONU. Les civils abandonnent leurs foyers pour trouver refuge dans des zones relativement épargnées plus au nord, souvent près de la frontière turque.

"Des villes entières ont été vidées alors qu'un nombre croissant de civils fuient vers le nord, vers des territoires considérés comme plus sûrs mais qui sont en train de rétrécir rapidement", a mis en garde le Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations Unies.

Avec la poursuite des bombardements, au moins 9 civils, dont six enfants, ont été tués dans la nuit de dimanche à lundi dans des raids russes sur le village d'Abine Semaan, dans l'ouest d'Alep, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Ce nouveau bilan porte à 29 le nombre de civils tués depuis dimanche dans des bombardements du régime et de son allié russe, a indiqué l'OSDH.

Le pouvoir syrien n'a jamais caché sa détermination à reconquérir l'intégralité de la province d'Idleb, dernier grand bastion des djihadistes et rebelles dans un pays morcelé depuis 2011 par la guerre.

Soldats turc tués

Par ailleurs, cinq soldats turcs ont été tués par des tirs d'artillerie du régime de Bachar al-Assad dans le nord-ouest de la Syrie, a annoncé le ministère turc de la Défense.

Ces affrontements entre les forces d'Ankara et de Damas interviennent dans un contexte de tensions inédites entre les deux voisins, une semaine jour pour jour après des combats dans le nord-ouest syrien ayant fait une vingtaine de morts dans les deux camps.

>> Lire: La tension monte d'un cran en Syrie entre forces du régime et Ankara

afp/lan

Publié Modifié

La Turquie affirme avoir "neutralisé" plus de 100 soldats syriens

La Turquie a affirmé lundi avoir "neutralisé" plus de 100 soldats du régime de Damas en réponse à un bombardement syrien qui a fait cinq morts dans les rangs de l'armée turque dans le nord-ouest de la Syrie.

"D'après nos sources, 101 membres du régime ont été neutralisés, trois chars et deux canons ont été détruits et un hélicoptère a été touché", a déclaré le ministère turc de la Défense dans un communiqué.

Il n'était pas possible de vérifier ces chiffres de manière indépendante dans l'immédiat.

Le ministère a indiqué que la Turquie continuait lundi soir de bombarder des positions syriennes.

Un conflit qui dure depuis 2011

Le conflit en Syrie a fait plus de 380'000 morts depuis 2011 et jeté sur la route de l'exil plus de la moitié de la population d'avant-guerre – plus de 20 millions d'habitants.

La situation à Idleb préoccupe particulièrement Ankara en raison de sa proximité avec la frontière turque.

Ankara redoute qu'une offensive de grande ampleur ne déclenche une nouvelle vague migratoire vers la Turquie, pays où plus de 3,5 millions de Syriens ont déjà trouvé refuge depuis le début du conflit.