Modifié

Le médecin chinois qui avait alerté en vain succombe au coronavirus

Le médecin chinois qui avait lancé l'alerte en vain succombe au coronavirus (image d'illustration). [Xiao Heyong - AFP]
Le médecin chinois qui avait lancé l'alerte en vain succombe au coronavirus (image d'illustration). [Xiao Heyong - AFP]
Un des premiers médecins chinois à avoir sonné l'alarme en décembre quant aux dangers d'un nouveau coronavirus, réduit au silence par les autorités, est mort de la maladie provoquée par ce virus. Un décès qui provoque la colère en Chine.

Li Wenliang, un ophtalmologue, est mort à 02h58 à l'hôpital central de Wuhan, la ville qui est le berceau de l'épidémie, selon un message de l'hôpital où il était soigné sur le réseau social chinois Weibo.

Annoncé par la presse officielle chinoise dans l'après-midi, le décès du médecin avait suscité la confusion, l'hôpital de Wuhan ayant par la suite indiqué que l'homme n'était pas mort, mais se trouvait dans un état critique.

>> Voir le point dans le 12h45:

Le médecin chinois qui avait lancé l'alerte en décembre à l'apparition du coronavirus est décédé [RTS]
Le médecin chinois qui avait lancé l'alerte en décembre à l'apparition du coronavirus est décédé / 12h45 / 1 min. / le 7 février 2020

Accusé de propager des rumeurs

Li Wenliang avait remarqué sept cas de virus en décembre qui lui rappelaient le Sras. Il avait alors prévenu ses collègues du danger de ce nouveau virus, mais les autorités locales l'avaient accusé de propager des rumeurs et l'avaient réduit au silence.

Le médecin chinois Li Wenliang avait été l'un des premiers à lancer l'alerte sur le coronavirus. [DR]Le médecin chinois Li Wenliang avait été l'un des premiers à lancer l'alerte sur le coronavirus. [DR]

Il était ensuite retourné au travail, où un patient l'avait infecté. Li Wenliang se trouvait à l'hôpital depuis au moins trois semaines.

Héros national

Cet homme fait désormais figure de héros national face à des responsables locaux accusés d'avoir caché les débuts de l'épidémie. "C'est un héros qui a donné l'alerte au prix de sa vie", écrit ainsi l'un de ses confrères wuhanais sur le réseau en ligne Weibo.

"Les autorités doivent des excuses", "Sa mort est une honte historique" ou "Liberté d’expression pour tous", les messages sont aussi très nombreux sur les réseaux sociaux.

Réagissant promptement à la colère populaire, le pouvoir central a annoncé l'ouverture d'une enquête sur "les circonstances entourant le docteur Li Wenliang, telles qu'elles ont été rapportées par les masses" et l'envoi sur place d'une équipe d'enquêteurs anti-corruption.

>> Les précisions de Michael Peuker en Chine dans le 12h30:

L'ophtalmologiste chinois Lin Wenliang a été le premier à mettre en garde la population contre l'épidémie de coronavirus. Il est décédé le 7 février 2020 à 33 ans, victime du virus originaire de la ville de Wuhan. [EPA/YFC CHINA OUT - EPA/YFC CHINA OUT]EPA/YFC CHINA OUT - EPA/YFC CHINA OUT
Le décès du médecin lanceur d’alerte Li Wenliang provoque la colère en Chine / Le 12h30 / 1 min. / le 7 février 2020

agences/gma

Publié Modifié

Suspension des vols prolongée

Air France, KLM, Virgin Atlantic et Iberia ont annoncé jeudi la prolongation de plusieurs semaines de la suspension de leurs vols vers la Chine continentale face à la crise liée au coronavirus, alors que les craintes gagnent également Hong Kong.

De nombreuses compagnies aériennes, dont Swiss, Air France, British Airways, Air Canada, Lufthansa, American Airlines, United Airlines, American Airlines ou Delta ont suspendu depuis fin janvier leurs vols vers la Chine continentale pour tenter de freiner la propagation du virus.

Air France et KLM ont annoncé jeudi la prolongation jusqu'au 15 mars de la suspension de leurs vols vers la Chine continentale, dont la desserte avait initialement été interrompue jusqu'au 9 février. En fonction de la situation, elles reprendront progressivement leurs opérations en provenance et vers Shanghai et Pékin à compter du 16 mars 2020.