Modifié

La tension monte d'un cran en Syrie entre forces du régime et Ankara

Des véhicules blindés turcs à Sarmada, dans la province d'Idleb, photographiés le 2 février 2020. [APTN - AP/Keystone]
La tension monte d'un cran à Idleb en Syrie entre forces du régime et Ankara / Le Journal horaire / 23 sec. / le 3 février 2020
L'artillerie et l'aviation turques ont bombardé lundi des positions du régime dans le nord-ouest de la Syrie, tuant au moins six soldats, en riposte à des tirs qui avaient fait quatre morts côté turc. Au moins neuf civils syriens ont également été tués dans des raids non identifiés.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a affirmé qu'entre 30 et 35 soldats du régime avaient été tués. Mais l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), une ONG, a de son côté fait état de six soldats du régime tués.

Plus tôt, le ministère turc de la Défense avait annoncé la mort de quatre soldats turcs dans la province d'Idleb après des tirs d'artillerie nourris du régime de Damas. En outre, neuf soldats turcs ont été blessés, dont un grièvement, selon la même source.

Tension montée d'un cran

Le ministère de la Défense a précisé que les militaires turcs visés avaient été envoyés à Idleb pour renforcer des postes d'observation turcs se trouvant dans cette région et que leur déploiement avait fait l'objet d'une coordination.

Ces échanges de tirs font monter d'un cran la tension à Idleb, dernier bastion dominé par des jihadistes et des rebelles en Syrie.

La Turquie a déployé des militaires dans plusieurs postes d'observation dans la région d'Idleb dans le cadre d'un accord conclu avec la Russie visant à faire cesser les violences.

Ankara hausse le ton

Mais les forces du régime de Bachar al-Assad, appuyé par l'aviation russe, ont intensifié depuis plusieurs semaines leur offensive dans cette province, multipliant les bombardements meurtriers.

Ankara, qui appuie des groupes rebelles syriens, a haussé le ton ces derniers jours, allant jusqu'à critiquer la Russie avec laquelle la Turquie coopère pourtant étroitement en Syrie.

Civils tués

Au moins neuf civils, dont quatre enfants, ont également été tués lundi dans des raids sur le nord-ouest de la Syrie, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), sans préciser dans l'immédiat qui était à l'origine des tirs.Des secouristes syriens cherchent d'éventuelles victimes sous les décombres d'une maison à Sarmin, dans la province syrienne d'Idleb, après des raids aériens le 2 février 2020. [Ghaith Alsayed - AP/Keystone]Des secouristes syriens cherchent d'éventuelles victimes sous les décombres d'une maison à Sarmin, dans la province syrienne d'Idleb, après des raids aériens le 2 février 2020. [Ghaith Alsayed - AP/Keystone]

"Des avions de chasse ont visé une voiture qui transportait des déplacés dans l'ouest de la province d'Alep", en proie à des combats entre les forces du régime et les groupes djihadistes et rebelles, a indiqué le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane. 

Sept membres d'une même famille font partie des victimes, selon l'Observatoire qui a fait état aussi de 20 blessés dans les frappes.

afp/kkub

Publié Modifié