Modifié

La Chine redoute une mutation du virus pulmonaire qui a fait 17 morts

Les autorités chinoises prennent des mesures préventives en vue des risques accrus du coronavirus à la veille du Nouvel an chinois. [EPA/YONHAP SOUTH KOREA OUT - Keystone]
Le bilan du virus pulmonaire en Chine s'alourdit à neuf morts / Le Journal horaire / 1 min. / le 22 janvier 2020
Le bilan du nouveau coronavirus pulmonaire passe à dix-sept morts en Chine, où les autorités avertissent que le virus pourrait "muter" et se propager plus facilement. Un premier cas aux Etats-Unis a été signalé.

Lors d'une conférence de presse, le vice-ministre de la commission nationale de la Santé, Li Bin, a précisé que le virus avait été diagnostiqué auprès de 444 patients. Le virus, qui se transmet par les voies respiratoires, "pourrait muter et se propager plus facilement", a -t-il averti dans un esprit de transparence.

Les risques du coronavirus sont accrus par les centaines de millions de voyages prévus à l'occasion du Nouvel an chinois. [Chinatopix via AP - Keystone]Les risques du coronavirus sont accrus par les centaines de millions de voyages prévus à l'occasion du Nouvel an chinois. [Chinatopix via AP - Keystone]

Le gouvernement central a annoncé de nouvelles mesures de prévention. Outre des précautions sanitaires, tout nouveau cas devra être annoncé dans les deux heures.

>> A lire aussi: "Si vous taisez la propagation du virus, vous serez cloués au pilori"

Près de la moitié des provinces chinoises sont désormais concernées, y compris des mégapoles comme Shanghai et Pékin. Un cas a également été décelé à Macao, capitale mondiale des jeux d'argent, où les employés de casinos devront porter des masques.

Premier cas à Seattle

Après le Japon, la Corée du Sud, la Thaïlande et Taïwan, les Etats-Unis ont annoncé mardi un premier cas de maladie.

Il s'agit d'un homme d'une trentaine d'années originaire de Wuhan, où le virus a fait son apparition le mois dernier. Arrivé le 15 janvier sans fièvre à l'aéroport de Seattle, il a lui-même contacté dimanche les services de santé locaux après avoir constaté des symptômes. Il a été hospitalisé et restera à l'isolement pendant encore au moins 48 heures.

Source encore mystérieuse

L'Organisation mondiale de la santé doit se réunir mercredi à partir de 19h00 à Genève afin de déterminer s'il convient de déclarer une "urgence de santé publique de portée internationale". L'organisme estime que l'animal semble être "la source primaire la plus vraisemblable", avec "une transmission limitée d'humain à humain par contact étroit".

Le Nouvel an chinois, qui commence vendredi, amplifie les inquiétudes autour du nouveau coronavirus. En effet, cet événement donne lieu chaque année à des centaines de millions de voyages en car, en train ou en avion dans l'ensemble du pays.

afp/ats/lja

Publié Modifié

Test de dépistage aux HUG

Les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) ont élaboré un test pour dépister le virus respiratoire qui sévit en Chine. Les personnes qui ont voyagé dans les zones à risque et qui présentent des symptômes suspects pourront en bénéficier. En cas de dépistage positif, la seule réponse possible à ce stade est la mise en quarantaine.

>> Lire: La Suisse est prête à dépister le nouveau virus apparu en Chine

Pas de mesures spécifiques dans les aéroports suisses

Les aéroports suisses n'ont pas encore pris de mesures spécifiques face au nouveau coronavirus, qui a déjà fait neuf morts et contaminé des centaines de personnes en Chine. Ils attendent les recommandations de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).