Modifié

Le 777X, nouveau Boeing aux ailes repliables, devrait décoller jeudi

Les 3,5 derniers mètres des deux ailes du nouveau Boeing 77X sont rétractables [Dan Nevill - CC BY 2.0]
Le vol inaugural du nouveau long-courrier 777X de Boeing est prévu jeudi. / Le Journal horaire / 24 sec. / le 21 janvier 2020
Le vol inaugural du nouveau 777X du constructeur américain Boeing devrait avoir lieu jeudi. Successeur du 777, l'avion long-courrier le plus vendu de l'histoire, il doit faire oublier les déboires de l'avionneur avec son 737 MAX, toujours cloué au sol après deux crashs.

Après plusieurs mois de retard, Boeing a agendé à jeudi le premier vol de son nouvel appareil long-courrier, le 777X, ont indiqué des sources proches du dossier. Elles précisent que la date peut encore changer en fonction de la météo. Le vol aura lieu au "Boeing Field", ancien aéroport de Seattle utilisé par l'avionneur pour les tests et livraisons de plusieurs de ses appareils.

Toujours englué dans la crise du 737 MAX, son nouvel avion court-courrier cloué au sol depuis bientôt un an à la suite de deux accidents, Boeing n'a pas commenté l'information. "Nous sommes au courant que le vol va avoir lieu incessamment", a déclaré pour sa part un porte-parole de l'agence fédérale de l'aviation (FAA), le régulateur de l'aérien aux Etats-Unis.

>> Lire à ce sujet: Le Boeing 737 Max restera cloué au sol jusqu'en 2020

Fini les avions à quatre réacteurs

Le 777X doit succéder à l'emblématique 777 du constructeur, avion produit à plus de 1600 exemplaires depuis son lancement en 1995, un record dans cette catégorie d'appareils destiné au transport de passagers sur longue distance. Il pourra transporter environ 400 passagers en fonction du modèle et de la répartition des sièges choisis par les compagnies aériennes. Une dizaine d'entre elles ont déjà passé commande d'un total de 309 appareils, notamment les deux principale compagnie du Moyen-Orient Emirates et Qatar Airways, les européennes Lufthansa et British Airways, ou encore la japonaise ANA.

Le 777X est censé conforter la domination de Boeing sur Airbus dans le secteur des appareils long-courrier. Il ambitionne de concurrencer l'A350-1000, la plus grande version du dernier long-courrier d'Airbus, entré en service il y a deux ans.

Il espère également récupérer les commandes des compagnies qui exploitent les deux plus gros avions civils de transport de passagers actuels, l'Airbus A380 et le Boeing 747. Dotés de quatre réacteurs, ceux-ci sont désormais considérés comme trop gourmands en carburant et ne seront plus produits dans les années à venir. A l'instar de la totalité des avions long-courrier lancés ces dernières années, le Boeing 777X ne possède, lui, que deux moteurs.

>> Regarder le 19h30 revenir, en février dernier, sur l'arrêt de la production de l'A380 d'Airbus:

Airbus arrête la production de l'A380 faute de commandes suffisantes. [RTS]
Airbus arrête la production de l'A380 faute de commandes suffisantes. / 19h30 / 2 min. / le 14 février 2019

Problème de pressurisation

Le vol inaugural du 777X était initialement prévu à l'été 2019 mais avait dû être repoussé en raison, notamment, de problèmes rencontrés avec les nouveaux moteurs et de difficultés avec ses ailes rétractables inédites. Des problèmes importants lors d'essais de pressurisation - qui dépassent volontairement les conditions normales d'utilisation pour s'assurer de la fiabilité du matériel - ont également été rencontrés en septembre dernier.

Si le vol d'essai se déroule bien, Boeing déposera une demande d'homologation de l'appareil auprès des autorités de l'aviation civile. Les premières livraisons ne sont pas attendues avant début 2021, au lieu de mi-2020 comme prévu initialement, car la période des vols d'essai devrait être allongée et la procédure d'homologation approfondie.

Vincent Cherpillod avec afp

Publié Modifié

Ailes repliables inédites

Par rapport à son prédécesseur, le nouveau Boeing 777X disposera notamment de moteurs plus performants et économiques, ainsi que de nouvelles ailes dont l'envergure est plus importante.

Afin d'éviter que l'appareil ne prenne trop de place sur le tarmac des aéroports, l'extrémité de chaque aile - 3,5 mètres de chaque côté - est repliable. Une fois immobilisé, le 777X occupe, ainsi, le même espace en largeur que l'ancien modèle.

Le grounding du 737 MAX coûte 1 milliard par mois à Boeing

Selon des sources bancaires, le constructeur américain Boeing est en discussion avec de grands noms de Wall Street pour emprunter au moins dix milliards de dollars afin de faire face aux coûts liés au grounding de son 737 MAX. Pour l'heure, il aurait obtenu l'assurance de recevoir une ligne de crédit de 6 milliards. JPMorgan Chase, Bank of America Merrill Lynch, Citigroup et Wells Fargo feraient partie des banques lui ayant déjà promis des fonds.

La facture s'élève pour l'instant à plus de 9,2 milliards de dollars, mais les analystes s'attendent à ce qu'elle s'envole. Le manque à gagner est d'environ 1 milliard de dollars par mois depuis l'immobilisation, ont calculé les analystes de JPMorgan. L'agence de notation Moody's a menacé récemment de dégrader la note de solidité financière de Boeing.

Date de remise en service toujours inconnue

Outre l'absence de recettes, le géant de Seattle doit indemniser les compagnies aériennes clientes et faire face aux plaintes des familles des victimes, ainsi qu'aux enquêtes des autorités américaines. En 2019, le carnet de commandes de l'avionneur s'est achevé dans le rouge (-87 appareils nets), une première en plus d'une décennie.

Des incertitudes entourent toujours la date de remise en service du 737 MAX après les deux crash d'octobre 2018 et mars 2019. American Airlines, United Airlines et Southwest, trois compagnies clientes, ont déjà repoussé à juin leur planification de vols avec ces appareils. Boeing, de son côté, a confié mardi qu'il envisageait désormais la levée de l'interdiction de vol à partir de mi-2020.