Modifié

Dix ans après le séisme, Haïti est toujours au bord du gouffre

En janvier 2010, un séisme faisait plus de 300 000 morts en Haïti. Le pays ne s'est pas remis de cette catastrophe [RTS]
En janvier 2010, un séisme faisait plus de 300 000 morts en Haïti. Le pays ne s'est pas remis de cette catastrophe / 19h30 / 2 min. / le 11 janvier 2020
Un système de santé fragile, des survivants oubliés de tous, une forte instabilité politique avec de nombreuses manifestations et une gabegie financière, dix ans après le séisme qui a ravagé le pays, Haïti peine toujours à se relever.

Le 12 janvier 2010 à 16h53, un séisme de magnitude 7 frappait Haïti, tuant plus de 300'000 personnes, en blessant autant et détruisant 250'000 maisons en moins de 30 secondes.

Le séisme avait touché principalement la capitale Port-au-Prince, ravageant le palais présidentiel et laissant des dizaines de milliers de personnes sans toit. Le nombre de sans-abri avait été estimé à 1,5 million après le tremblement de terre.

Dix ans après ce drame, la petite île des Caraïbes ne s'est toujours pas remise. Si les ruines du palais présidentiel ont été déblayées, un grand vide l'a remplacé. La colère a aujourd'hui succédé à la douleur, alors que le pays sombre dans la pauvreté et l'insécurité.

Violence et récession

Vie trop chère, inégalités sociales accrues, corruption et immobilisme des dirigeants ou violence des gangs, la rue ne manque pas de raisons pour protester. Chaque semaine d'importantes manifestations ont lieu, plus ou moins sévèrement réprimées, pour réclamer la démission du président Jovenel Moïse.

L'économie haïtienne, déjà très faible, est entrée en récession en 2019 avec une réduction du PIB national de 1,2%, selon le Fonds monétaire international.

"Le soutien international que le pays a reçu ou qui a été promis à la suite du tremblement de terre ne s'est jamais concrétisé, ou a été arrêté depuis", a déploré Médecins sans frontières (MSF) cette semaine. La Chaîne du Bonheur a de son côté tiré un bilan positif de son action en Haïti, annonçant avoir financé jusqu'en 2018 pas moins de 91 projets de 21 ONG partenaires de la fondation.

>> Les explications de Tout un Monde sur l'aide humanitaire:

le camp de Corail a été mis en place après tremblement de terre de 2010 à Port-au-Prince, en Haïti. [Orlando Barria - EPA/Keystone]Orlando Barria - EPA/Keystone
Dix ans après le séisme en Haïti, une expertise juge l’aide donnée efficace / Tout un monde / 5 min. / le 7 janvier 2020

>> Lire aussi: La Chaîne du Bonheur tire un bilan positif de l'aide apportée à Haïti

Un système de santé défaillant

Selon l'Organisation internationale pour les migrations, plus de 30'000 sinistrés du séisme de 2010 vivent encore dans la vingtaine de camps de fortune recensés dans le pays, dans des conditions sanitaires déplorables. Les autres déplacés ont souvent reconstruit eux-mêmes leurs maisons au même endroit, sans tenir compte des nouvelles normes anti-sismiques.

>> Lire aussi: En Haïti, "des enfants perdent la vue, alors qu'on aurait pu les sauver en Suisse"

Et cette crise a eu un énorme impact sur le système de santé du pays, qui est désormais "au bord du gouffre", selon les termes de MSF. "Les structures de soins - y compris celles gérées par MSF - peinent à fournir des services de base (...) et ce, alors que les besoins médicaux restent importants", a précisé l'ONG. Les hôpitaux sont souvent pillés et rendus inutilisables, alors qu'ils accueillent toujours plus de patients, surtout à cause des violences.

>> Revoir l'analyse de Laurent Burkhalter dans le 19h30:

Le journaliste Laurent Burkhalter: "90% des ménages haïtiens qui ont reçu l'aide suisse se déclarent satisfaits" [RTS]
Le journaliste Laurent Burkhalter: "90% des ménages haïtiens qui ont reçu l'aide suisse se déclarent satisfaits" / 19h30 / 1 min. / le 12 janvier 2020

>> Revoir également le sujet du 19h30 du 13 janvier 2010:

Tremblement de terre à Haïti: les hôpitaux, des écoles, le palais présidentiel et des milliers d'habitations sont détruits à Port-au-Prince
Tremblement de terre à Haïti: les hôpitaux, des écoles, le palais présidentiel et des milliers d'habitations sont détruits à Port-au-Prince / 19h30 / 2 min. / le 13 janvier 2010

boi avec afp

Publié Modifié