Modifié

Deux brasiers fusionnent en Australie, ravageant 55 fois la surface de Paris

La vague de chaleur redoutée a provoqué la fusion de deux énormes brasiers. [William West - AFP]
Australie fusion méga-feux / Le Journal horaire / 35 sec. / le 10 janvier 2020
Deux gigantesques feux ont fusionné sous l'effet des vents dans le sud-est de l'Australie. Ce brasier a déjà détruit une superficie de plus de 6000 km2, soit plus de 55 fois la taille de Paris.

Voilà plusieurs jours que les autorités redoutaient l'arrivée vendredi d'une nouvelle vague de chaleur catastrophique dans un pays en proie depuis septembre à une crise catastrophique des feux de forêts.

Comme attendu, le mercure a dépassé  les 40 degrés dans les Etats de Victoria et de Nouvelle-Galles du Sud, et l'inquiétude se porte désormais sur un "mégafeu" né vendredi de la jonction de deux incendies. Ce seul brasier a réduit en cendres une superficie de plus de 6000 km2, soit plus de 55 fois la taille de Paris.

De nombreux feux hors de contrôle

"Les conditions sont difficiles aujourd'hui", a expliqué le chef des pompiers dans les zones rurales de Nouvelle-Galles du Sud. "Ce sont les vents chauds et secs qui constituent de nouveau le véritable défi".

La Première ministre de Nouvelle-Galles du Sud, Gladys Berejiklian, a fait état de plus de 130 incendies actifs dans son Etat, dont une cinquantaine échappant à tout contrôle.

Dans l'Etat voisin de Victoria, des consignes d'évacuation ont été lancées pour des régions à la frontière avec la Nouvelle-Galles du Sud. Jeudi, les autorités du Victoria avaient prolongé de deux jours l'état de catastrophe naturelle en raison des fortes températures attendues vendredi.

>> Les feux, allumés ou éteints, survenus du 1er au 8 janvier 2020:

L'île Kangourou particulièrement menacée

La situation est également particulièrement grave sur l'île Kangourou, dans le sud de l'Australie-méridionale, dont la principale localité, Kingscote, est coupée du reste du monde par de gigantesques brasiers. Nombre d'habitants se sont réfugiés près de la jetée le temps qu'une route soit à nouveau praticable.

Ces incendies sont également aggravés par les sécheresses induites par le réchauffement climatique.

La catastrophe en cours est aussi écologique. Au terme d'une étude, le professeur Chris Dickman, de l'Université de Sydney, a estimé lundi qu'un milliard d'animaux avaient péri, un chiffre qui inclut les mammifères, les oiseaux et les reptiles, mais pas les insectes ni les invertébrés.

>> Les dernières images d'Australie dans le 19h30:

La plupart des évacués sont autorisés à retourner chez eux. Ils découvrent l'ampleur des dégâts. [RTS]
La plupart des évacués sont autorisés à retourner chez eux. Ils découvrent l'ampleur des dégâts. / 19h30 / 2 min. / le 8 janvier 2020

afp/ddup

Publié Modifié

Les stars se mobilisent

Stars du cinéma, de la musique ou du sport se mobilisent au travers de dons ou d'actions caritatives pour financer la lutte contre les feux de forêt qui ravagent l'Australie, ou pour la reconstruction des zones dévastées.

Pilier des films Marvel, Chris Hemsworth a annoncé qu'il donnerait un million de dollars australiens (670'000 francs), les chanteuses Kylie et Danni Minogue ont promis plus de 330'000 francs pour les pompiers des zones rurales, comme Nicole Kidman et son mari Keith Urban.

Leurs compatriotes Russell Crowe, qui a profité de la tribune offerte par les Golden Globes pour faire passer un message sur cette catastrophe, et Rebel Wilson se sont également engagés à donner, comme la chanteuse Dami Im, qui représenta en 2018 son pays au concours de l'Eurovision.

Des athlètes comme le pilote Lewis Hamilton, les joueurs de tennis Ashleigh Barty, Maria Sharapova ou Novak Djokovic, les stars du cricket Chris Lynn et Glenn Maxwell ont annoncé qu'ils reverseraient une partie de leurs gains.

Mercredi, les organisateurs de l'Open d'Australie, qui s'ouvre dans quelques jours, ont fait savoir que les légendes Roger Federer, Serena Williams ou Rafael Nadal participeraient mercredi prochain à des matches-exhibition de levée de fonds.