Modifié

La reine Elizabeth II recherche un community manager pour Buckingham

"Mis à l'épreuve, le Royaume-Uni s'est montré résolu face à l'adversité", a dit Elizabeth II. [Kirsty Wigglesworth - AP/Keystone]
La Reine d'Angleterre recherche un community manager / Forum (vidéo) / 2 min. / le 17 décembre 2019
Vous êtes un fan des têtes couronnées et internet n'a pas de secret pour vous ? Alors ce poste est fait pour vous. La reine Elizabeth II est à la recherche d'un spécialiste pour gérer ses réseaux sociaux.

L'annonce, publiée sur LinkedIn mais aussi sur le site officiel de la reine "royal.uk", promet un emploi au palais de Buckingham, avec un salaire oscillant entre 58'000 et 65'000 francs par année et 33 jours de vacances.

La position, décrite comme "exceptionnelle", consiste à assurer le rayonnement de la couronne et de la famille royale sur les réseaux sociaux.

L'offre évoque aussi un environnement "trépidant", où l'heureux élu devra superviser une production numérique quotidienne pour les comptes Facebook, Twitter et Instagram de la famille royale. qui totalisent déjà quelque 16 millions de fans.

Aucune restriction pour postuler

Dans l'annonce, aucune restriction n'est mentionnée. Si une parfaite maîtrise de l'anglais semble aller de soi, le Palais demande également d'excellentes références et une expérience solide dans le domaine: le candidat ou la candidate doivent avoir déjà géré des réseaux sociaux pour une organisation importante.

Le poste existe depuis quelques mois, mais le cahier des charges s'est épaissi et le poste est désormais considéré comme une position "senior".

Un salaire moyen mais une carte de visite incomparable

Le salaire de 60'000 francs en moyenne est supérieur au revenu moyen britannique, qui dépasse légèrement les 40'000 francs par année.

Pourtant, à Londres, cela correspond plutôt à un salaire "junior". Dans l'industrie numérique, il est possible de demander beaucoup plus pour un tel rôle et le type de responsabilité qui va avec.

Mais évidemment, travailler pour la reine peut se révéler être une carte de visite qui n'a pas de prix. Attrait supplémentaire, le repas de midi est pris en charge par le Palais.

Catherine Illic/ther

Publié Modifié