Modifié le 15 décembre 2019 à 14:26

Un séisme de 6,8 frappe l'île de Mindanao, au sud des Philippines

Des véhicules endommagés après le séisme qui a frappé les Philippines.
Le sud des Philippines frappé par un séisme de 6,8 Le Journal horaire / 15 sec. / le 15 décembre 2019
La grande île de Mindanao, dans le sud des Philippines, a été ébranlée dimanche par un puissant séisme de 6,8. Un enfant est mort dans l'effondrement d'un bâtiment, et plusieurs dizaines de blessés sont à déplorer.

La police a annoncé que des recherches se poursuivaient, notamment dans le bâtiment très endommagé d'un marché non loin de l'épicentre de ce séisme qui se trouve à 90 km au sud de Davao, principale ville de cette île. Ce tremblement de terre a été mesuré à 6,8 par l'institut américain de géophysique (USGS).

Par mesure de précaution, des patients ont été évacués d'hôpitaux tandis que des foules anxieuses étaient massées à l'extérieur, alors que de puissantes répliques se faisaient sentir. Le président philippin Rodrigo Duterte a lui-même ressenti le séisme mais n'a pas été blessé, a annoncé son porte-parole Salvador Panelo.

Séismes fréquents

Davao est le bastion du chef de l'Etat qui en a été le maire pendant 22 années, de façon non consécutive à partir de la fin des années 1980. "La première dame a déclaré que la voiture à bord de laquelle elle se trouvait avait tangué", a dit Salvador Panelo. "Ils n'ont pas été blessés."

Les Philippines se trouvent sur la "ceinture de feu" du Pacifique, où la collision de plaques tectoniques provoque de fréquents tremblements de terre et une importante activité volcanique. Le séisme le plus meurtrier dans l'archipel depuis que les magnitudes sont mesurées a eu lieu en 1976, tuant des milliers de personnes, jusqu'à 8000 selon certaines estimations.

Trois tremblements de terre d'une magnitude supérieure à 6,0 avaient frappé l'île de Mindanao en quelques semaines en octobre, faisant plusieurs dizaines de morts et endommageant nombre de bâtiments, d'écoles et de maisons. Des dizaines de milliers de personnes avaient dû être relogées dans des abris temporaires en raison de la fragilisation de leurs domiciles.

ats/ani

Publié le 15 décembre 2019 à 08:11 - Modifié le 15 décembre 2019 à 14:26