Modifié

La Grèce annonce une vaste refonte de trois camps de migrants surpeuplés

Le camp surpeuplé de Moria, à Lesbos. [Petros Giannakouris - Keystone ]
Les trois plus grands camps de migrants vont fermer en Grèce / Le Journal horaire / 20 sec. / le 20 novembre 2019
En Grèce, les camps des îles de Lesbos, Samos et Chios seront fermés et remplacés par des structures fermées plus grandes. Les demandeurs d'asile seront enfermés dans les nouveaux camps le temps d'être identifiés.

Les trois camps surpeuplés de Lesbos, Samos et Chios, qui abritent actuellement plus de 27'000 migrants pour une capacité totale de 4500, seront fermés à une date qui n'a pas été précisée.

Pour les remplacer, des structures fermées de 5000 places chacune seront érigées sur ces trois îles proches de la Turquie, soit 15'000 places au total. "Décongestionner les îles est la priorité à ce stade", a déclaré le coordinateur spécial du gouvernement pour les migrations, Alkiviadis Stefanis, lors d'une conférence de presse.

Quatre ans après le pic de la crise migratoire en 2015, la Grèce est redevenue cette année la principale porte d'entrée des demandeurs d'asile en Europe.

Objectif de relocaliser 20'000 migrants

Au lieu d'être autorisés d'aller et venir librement sur les îles, les demandeurs d'asile seront enfermés à l'intérieur des nouveaux camps le temps de les identifier, d'étudier leur statut et de décider leur relocalisation ou leur retour en Turquie, a-t-il ajouté.

Le gouvernement grec de Kyriakos Mitsotakis a commencé à transférer des centaines de demandeurs d'asile des îles égéennes vers le continent, avec l'objectif d'en relocaliser 20'000 d'ici la fin 2019.

Manque de soutien de l'UE dénoncé

Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a accusé l'Union européenne de considérer la Grèce et les autres pays d'entrée en Europe comme "des parkings bien commodes pour les réfugiés et les migrants".

>> Lire aussi: Pré-accord conclu à Malte sur une répartition automatique des migrants

Plus de 32'000 personnes vivent actuellement dans des conditions misérables dans les cinq "hot-spots" de Lesbos, Samos, Leros, Chios et Kos (camps où sont effectués leurs enregistrements), pour une capacité théorique de seulement 6200.

afp/ani

Publié Modifié