Modifié

Au Mexique, l'ex-président bolivien Evo Morales dénonce un coup d'Etat

L'ex-président bolivien Evo Morales serait arrivé au Mexique. Retour sur les épisodes qui ont mené à sa chute [RTS]
L'ex-président bolivien Evo Morales serait arrivé au Mexique. Retour sur les épisodes qui ont mené à sa chute / 19h30 / 2 min. / le 12 novembre 2019
L'ex-président bolivien Evo Morales a atterri mardi au Mexique et a dénoncé à sa descente d'avion "le coup d'Etat" dans son pays, promettant de "continuer la lutte". En Bolivie, la vice-présidente du Sénat Jeanine Añez s'est déclarée vice-présidente par intérim.

"Merci au Mexique et à ses autorités, et je tiens à vous dire que tant que je suis en vie, je reste en politique, tant que nous sommes dans le train de la vie, la lutte continue", a déclaré Evo Morales.

"Ce n'est pas ce coup d'Etat qui va me faire changer d'opinion politique", a-t-il martelé. "J'ai renoncé pour éviter plus de violence", a ajouté l'ancien président, en remerciant le Mexique, qui lui a accordé l'asile politique, de lui avoir "sauvé la vie".

Evo Morales, en polo bleu ciel, a été accueilli par le chef de la diplomatie mexicaine Marcelo Ebrard. "Nous vous souhaitons la bienvenue de la part du président Manuel Andres Obrador et de tout le peuple mexicain", a déclaré l'élu mexicain.

Trois semaines de contestation

Après trois semaines de violente contestation contre sa réélection à un quatrième mandat fin octobre, Evo Morales a annoncé sa démission, lâché par l'armée. Il était le plus ancien dirigeant en exercice d'Amérique latine, au pouvoir depuis 2006.

"Frères et soeurs, je pars pour le Mexique", a tweeté lundi le dirigeant socialiste. "Cela me fait mal d'abandonner le pays pour des raisons politiques, mais [...] je reviendrai bientôt avec plus de force et d'énergie", a-t-il promis.

La crédibilité du scrutin présidentiel du 20 octobre était contestée à la fois par l'opposition et la communauté internationale, qui évoquaient des fraudes.

La vice-présidente du Sénat bolivien Jeanine Añez, s'est proclamée présidente par intérim, mardi devant le Congrès. [Juan Karita - AP Photo]La vice-présidente du Sénat bolivien Jeanine Añez, s'est proclamée présidente par intérim, mardi devant le Congrès. [Juan Karita - AP Photo]Une vice-présidente par intérim

En Bolivie, la deuxième vice-présidente du Sénat, Jeanine Añez, s'est proclamée mardi présidente par intérim, malgré l'absence de quorum au Parlement. Elle a argué de "la nécessité de créer un climat de paix sociale" dans le pays secoué par une profonde crise. "Nous souhaitons convoquer des élections au plus vite", a ajouté la sénatrice d'opposition.

>> Lire: Avec la démission d'Evo Morales, une page se tourne en Bolivie

>> Regarder l'interview de Laurent Thévoz, ancien expert de la DDC en Bolivie: "Evo Morales a perdu la confiance de ses concitoyens":

Laurent Thévoz: "Evo Morales a perdu la confiance de ses concitoyens." [RTS]
Laurent Thévoz: "Evo Morales a perdu la confiance de ses concitoyens." / 19h30 / 3 min. / le 12 novembre 2019

afp/jvia/lan

Publié Modifié

Opérations conjointes de l'armée et de la police

"Le commandement militaire a décidé que des opérations conjointes seront menées avec la police pour éviter le sang et le deuil dans la famille bolivienne", a annoncé le commandant en chef de l'armée, William Kaliman, dans une déclaration télévisée.

Son annonce fait suite à une requête du chef de la police de La Paz, qui a demandé aux forces armées boliviennes d'intervenir pour arrêter les violences causées dans la capitale par des partisans d'Evo Morales.

L'arrivée dans la capitale bolivienne de partisans de l'ex-président socialiste depuis la ville voisine d'El Alto fait craindre aux forces de l'ordre des affrontements avec des manifestants de l'opposition.