Modifié le 04 novembre 2019 à 15:46

La BBC accuse les GAFA de participer à un système d'esclavage moderne

Les GAFA ne nous veulent-ils que du bien?
La BBC accuse les GAFA de participer à un système d'esclavage moderne Le 12h30 / 2 min. / le 02 novembre 2019
Google, Apple et Facebook sont au coeur d'une polémique lancée par la BBC. Ils sont accusés, par les enquêteurs du média britannique, de participer à un système d'esclavage moderne.

L'enquête a été menée par le média britannique au Koweit - un pays dans lequel la majorité des ménages ont des domestiques, généralement des femmes, venues notamment du continent africain. Ces travailleuses domestiques entrent au Koweït avec un visa qui nécessite un employeur ou un sponsor officiel. Mais souvent, ces sponsors retirent ensuite leur passeport à ces femmes, qui n'ont dès lors plus le droit de changer d'emploi sans l'accord de ces mêmes sponsors.

Selon la BBC, ces femmes deviennent souvent des travailleuses invisibles et non payées. Les enquêteurs ont également constaté qu'il existait un marché illégal de revente sur internet de plusieurs milliers de femmes. Ces petites annonces proposent par exemple: "une domestique africaine, propre et souriante".

Plateformes de vente

Les géants du web sont au coeur de la tourmente. En effet, dans cette affaire, Google et Apple ont validé et fourni un accès à des applications servant de plateforme de vente et d'achat. Pour Urmila Boohly, rapporteuse spéciale de l'ONU interrogée par la BBC, les géants du web doivent être tenus pour responsables. "C'est l'exemple par excellence de l'esclavage moderne. Google, Apple, Facebook et toute autre entreprise qui hébergent ce type d'application doivent être tenues pour responsables. Elles font la promotion d'un marché en ligne d'esclaves".

Ce point de vue fait débat. D'autres estiment que les GAFA ne peuvent être tenus responsables des contenus des applications qu'ils ne gèrent pas et ne détiennent pas.

Réaction des GAFA

Quoi qu'il en soit, Instagram, propriété de Facebook, a supprimé le hastag équivalent à "bonnes à transférer". Une autre application, 4Sale, a supprimé la catégorie d'offres de ce type. Pour sa part, Google s'est dit alarmé par cette affaire. A l'heure actuelle, cette polémique n'a mené à aucune action en justice contre les géants californiens.

Katja Schaer/jfe

Publié le 02 novembre 2019 à 16:24 - Modifié le 04 novembre 2019 à 15:46