Modifié

Du Liban au Chili, de Bolivie en Irak, l'inépuisable colère des peuples

Des manifestants au Chili contre le gouvernement de Sebastian Pinera [ALBERTO VALDES - Keystone]
Des manifestants au Chili contre le gouvernement de Sebastian Pinera [ALBERTO VALDES - Keystone]
De nombreux peuples sont en colère. Du Chili au Liban, d'Irak à Hong Kong, en passant par Haïti ou l'Algérie, des mouvements contestataires ont éclaté cette année. Tour d'horizon de ce qui a déclenché ces révoltes, et de ce qui les rassemble.

Qu'ils soient économiques ou politiques, des éléments différents ont déclenché les révoltes actuelles. Dans plusieurs pays, ce sont des mesures touchant directement au coût de la vie qui ont été l'étincelle de départ.

Tout comme en France avec le mouvement des "gilets jaunes", c'est la hausse du prix de l'essence qui a été la goutte de trop en Equateur, en poussant les manifestants à prendre d'assaut le siège du gouvernement, jusqu'à ce qu'un accord soit trouvé.

En Equateur, des manifestants ont bloqué des routes avec des pneus et des arbres pour protester contre la hausse des prix des carburants. [Ivan Alvarado - Reuters]En Equateur, des manifestants ont bloqué des routes avec des pneus et des arbres pour protester contre la hausse des prix des carburants. [Ivan Alvarado - Reuters]

>> Lire aussi: Un accord trouvé en Equateur après douze jours de crise

À Haïti, c'est une pénurie de carburant qui a amplifié la colère de la population fin août, déjà excédée par l'inflation et la corruption. Les manifestants exigent la démission du président Jovenel Moïse.

Un manifestant Haïtien s'oppose aux forces de l'ordre dans une manifestation demandant la démission du président.  [Andres Martinez Casares - Reuters]Un manifestant Haïtien s'oppose aux forces de l'ordre dans une manifestation demandant la démission du président. [Andres Martinez Casares - Reuters]

>> Lire aussi: Les manifestations en Haïti contre le président Moïse virent à l'émeute

Au Chili, c'est l'augmentation du prix du ticket de métro qui a fait exploser la colère de centaines de milliers de Chiliens et de Chiliennes. Suite à de violents affrontements dans la capitale, l'armée a été déployée et un couvre-feu instauré. Le président Sebastian Piñera a promis un remaniement total du gouvernement.

Un manifestant brandit un drapeau du Chili face aux canons à eau, dans la capitale Santiago, ce 26 octobre. [Rodrigo Abd - Keystone]Un manifestant brandit un drapeau du Chili face aux canons à eau, dans la capitale Santiago, ce 26 octobre. [Rodrigo Abd - Keystone]

>> Lire aussi: Les manifestants chiliens maintiennent la pression sur le gouvernement

Au Soudan, le prix du pain a déclenché une contestation le 19 décembre 2018, qui a duré huit mois, et fait plus de 250 morts. Sous la pression, le président Omar Al-Bachir a été démis de ses fonctions et un accord signé entre l'armée et les contestataires. Des élections sont prévues en 2022.

Des manifestants demandent depuis des semaines, notamment dans la capitale Khartoum, que les militaires remettent le pouvoir à un gouvernement civil au Soudan. [Umit Bektas - Reuters]Des manifestants demandent depuis des semaines, notamment dans la capitale Khartoum, que les militaires remettent le pouvoir à un gouvernement civil au Soudan. [Umit Bektas - Reuters]

>> Lire aussi: Militaires et contestataires ont signé l'accord de transition au Soudan

Au Liban, c'est une taxe sur les appels WhatsApp qui a déclenché la protestation le 17 octobre dernier. La population n'a pas digéré cette entrave supplémentaire d'un gouvernement jugé corrompu et inefficace. Malgré le retrait de cette taxe, les Libanais et Libanaises exigent le départ de la classe politique, avec le slogan: "Tous, ça veut dire tous!" Mardi, le Premier ministre Saad Hariri a donné sa démission.

Des manifestants au Liban s'opposent à la police à Beyrouth, le 19 octobre. [Mohamed Azakir - Reuters]Des manifestants au Liban s'opposent à la police à Beyrouth, le 19 octobre. [Mohamed Azakir - Reuters]

>> Lire aussi: Le Premier ministre libanais Saad Hariri annonce sa démission

Dans d'autres régions, ce sont des causes politiques qui ont été déclencheurs de révolte. Cela a été le cas à Hong Kong, avec un projet de loi sur les extraditions en Chine. En Algérie, avec l'annonce d'un 5e mandat d'Abdelaziz Bouteflika. En Bolivie, suite au dépouillement de l'élection présidentielle.

PACIFISME HONG KONG [RTS]
PACIFISME HONG KONG / L'actu en vidéo / 53 sec. / le 25 octobre 2019

>> Lire aussi: Le président bolivien réélu, la mobilisation se poursuit

En Irak, l'étincelle est partie le 1er octobre du limogeage du général Abdelwahab al-Saadi, considéré comme un héros dans la lutte contre le groupe "Etat Islamique". Dans ce pays où un jeune sur quatre est au chômage, la colère s'est rapidement muée en soulèvement exigeant la chute du régime, jugé corrompu. La répression, particulièrement brutale, a fait plus de 240 morts et 8000 blessés en un mois.

MANIF IRAK [RTS]
MANIF IRAK / L'actu en vidéo / 48 sec. / le 29 octobre 2019

>> Lire aussi: La contestation grandit en Irak, où le couvre-feu n'a pas été respecté

En Espagne, le 14 octobre passé, la condamnation de neuf leaders indépendantistes a ravivé la colère des Catalans et Catalanes, deux ans après l'échec d'une tentative de sécession. Les manifestations contre cette décision de justice ont dégénéré en affrontements, faisant près de 600 blessés.

Une manifestation pour l'indépendance de la Catalogne après la condamnation de leaders indépendantistes en Espagne. [Pau Barrena - AFP]Une manifestation pour l'indépendance de la Catalogne après la condamnation de leaders indépendantistes en Espagne. [Pau Barrena - AFP]

>> Lire aussi: Grève générale en Catalogne et manifestation géante à Barcelone

Un même ras-le-bol

Malgré les différences nationales, presque tous ces mouvements de contestation ont pour point commun un ras-le-bol général. La population est excédée par le chômage, par la corruption, par l'accroissement des inégalités, mais surtout par une élite qui s'accapare les richesses.

Pas seulement économique, la crise est aussi souvent démocratique. Ces peuples n'ont plus confiance en leurs politiques et réclament un changement de dirigeants et de système.

"Pour les citoyens, l'Etat n'est plus avec eux mais contre eux", analyse Geoffrey Pleyers, sociologue et professeur à l'Université de Louvain. "Avec l'accaparement des richesses par les élites, et parfois par l'Etat, il y a l'idée qu'une caste supplante le peuple, et qu'elle ne peut pas être délogée malgré les élections, quand il y en a. La différence est toujours plus marquée entre "eux", le gouvernement qui défend les intérêts des grandes entreprises, et "nous", le peuple."

>> Voir l'analyse de Jean-Philippe Schaller, chef de la rubrique internationale au 19h30:

Jean-Philippe Schaller "Le mouvement social ne supporte plus la corruption au sommet de l'Etat ou la restriction de démocratie." [RTS]
Jean-Philippe Schaller "Le mouvement social ne supporte plus la corruption au sommet de l'Etat ou la restriction de démocratie." / 19h30 / 1 min. / le 29 octobre 2019

Autre point commun, l'horizontalité de ces mouvements. La mobilisation n'a souvent pas de leaders ni d'affiliation politique. Elle réunit différentes classes et générations, jeunes, retraités, hommes, femmes. "Ces personnes participent en tant que citoyens avant tout, même s'ils sont par ailleurs membres d'une organisation", explique Geoffrey Pleyers.

Cette unité est particulièrement visible au Liban, pays multi-confessionnel, où des milliers de personnes de différentes communautés se sont données la main pour créer une chaîne humaine reliant le nord au sud du pays.

Au 11ème jour de mobilisation, les Libanais et Libanaises ont organisé une chaîne humaine reliant le nord au sud du pays. [Benoit Durand / Hans Lucas - AFP]Au 11ème jour de mobilisation, les Libanais et Libanaises ont organisé une chaîne humaine reliant le nord au sud du pays. [Benoit Durand / Hans Lucas - AFP]

>> Lire aussi: Au Liban, les 170 km d'une chaîne humaine attestent de l'unité des manifestants

Autre constante, certains codes vestimentaires sont repris par les différents mouvements, à l'exemple du masque du Joker, symbole de la lutte contre l'oppression du peuple par les classes dirigeantes, et rendu populaire par un film à grand succès sorti récemment au cinéma. C'est aussi le cas du masque "Anonymous" apparu dans le film "V pour Vendetta" ou encore du masque de la série Netflix "La Casa de Papel".

Une manifestante libanaise s'est peint le visage pour ressembler au Joker. Beyrouth, le 19 octobre 2019. [Patrick Baz - afp]Une manifestante libanaise s'est peint le visage pour ressembler au Joker. Beyrouth, le 19 octobre 2019. [Patrick Baz - afp]

>> Lire aussi: Le Joker, symbole de contestation et de révolte dans les manifestations

Apaiser les révoltes

Pour apaiser la colère de leur population, les gouvernements ont fait marche arrière en annulant la mesure qui avait déclenché la révolte, comme les taxes sur le carburant, sur les appels WhatsApp ou sur les tickets de métro. Malgré cela, les manifestants n'ont pas quitté les rues et les mouvements se sont amplifiés.

Plus que des concessions, ces peuples réclament un véritable changement du système, qu'il soit économique ou politique. Mais, pour Geoffrey Pleyers, "les économistes indiquent qu'il y a une concentration des richesses de plus en plus importante, et ça c'est une chose qui ne va pas se régler rapidement."

>> Ecouter l'analyse de Geoffrey Pleyers, sociologue et professeur à l'Université de Louvain en Belgique, dans l'émission "Tout un Monde":

 

Des centaines de personnes manifestent sur la Plaza Italia à Santiago au Chili. [Alberto Valdes - EPA]Alberto Valdes - EPA
Geoffrey Pleyers analyse les mouvements contestataires qui font le tour du monde / Tout un monde / 11 min. / le 29 octobre 2019

Mouna Hussain

Publié Modifié