Modifié le 09 octobre 2019 à 13:09

Dans les chiffres rouges, l'ONU est menacée de fins de mois difficiles

Le Palais des Nations à Genève.
Dans les chiffres rouges, l'ONU est menacée de fins de mois difficiles Le 12h30 / 1 min. / le 09 octobre 2019
Le budget de fonctionnement de l'ONU est dans le rouge depuis fin septembre, pour 230 millions de dollars. Des mesures devront être prises pour garantir le paiement des salaires jusqu'à la fin de l'année, précise le secrétaire général Antonio Guterres.

"Les dernières réserves de trésorerie risquent d'être épuisées d'ici à la fin du mois", a averti lundi le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres.

Dans une lettre au personnel, il évoque notamment la possibilité de reporter des conférences et des réunions. Des instructions ont aussi été données pour restreindre les voyages officiels aux activités essentielles, procéder à des reports d'achats de biens et de services et à des économies d'énergie.

Appel aux Etats membres

"A ce jour, les Etats membres n'ont versé que 70% du montant total nécessaire aux activités inscrites au budget ordinaire", indique le secrétaire général. Il précise avoir "écrit aux Etats membres le 4 octobre pour leur expliquer que les activités financées au moyen du budget ordinaire sont à un stade critique".

Selon un responsable de l'ONU sous couvert d'anonymat, Antonio Guterres avait réclamé au printemps aux Etats membres de pouvoir augmenter son fonds de roulement, mais ces derniers ont refusé.

ats/jvia

Publié le 09 octobre 2019 à 10:28 - Modifié le 09 octobre 2019 à 13:09

Les "mauvais payeurs" pointés du doigt

Le budget de fonctionnement de l'ONU pour la période 2018-2019, séparé des crédits pour les opérations de paix, avoisine les 5,4 milliards de dollars.

"En dernière analyse, ce sont les Etats membres qui sont responsables de la santé financière de l'Organisation", rappelle Antonio Guterres dans sa lettre, en évoquant implicitement les pays qui ne payent pas leur contribution ou en retard, mettant à mal la trésorerie onusienne.

Selon des sources onusiennes, les "mauvais payeurs" accusant des retards dans le versement de leurs contributions sont les Etats-Unis (qui représentent 22% du budget de fonctionnement), le Brésil, l'Argentine, le Mexique et l'Iran.