Modifié

Jean-Pierre Raffarin à Genève pour trouver des financements pour la paix

L'ancien Premier ministre français Jean-Pierre Raffarin. [Michel Euler - Keystone/AP Photo]
L'ancien Premier ministre français Jean-Pierre Raffarin. [Michel Euler - Keystone/AP Photo]
L'ex-Premier ministre français Jean-Pierre Raffarin a lancé à Genève une offensive de 18 mois pour le financement de la paix. Estimant qu'il s'agit de "bâtir un projet pour la paix comparable à ce qui est fait sur le climat", il veut trouver des financements privés.

Avec les quarante anciens dirigeants membres de son ONG "Leaders pour la paix", le scénario est de "bâtir un projet pour la paix comparable à ce qui est fait sur le climat", a expliqué jeudi l'ancien Premier ministre. Au terme de cette période, un mémorandum sur l'impact pour la paix sera remis au secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres.

Une première rencontre avec lui doit avoir lieu en janvier prochain pour en discuter. Jeudi, de premières pistes ont été explorées avec plusieurs dizaines de représentants politiques, économiques, des organisations internationales et de la société civile à Genève. Elles vont de fonds pour la paix à des crédits pour la formation à la médiation, l'entrepreneuriat féminin, l'emploi des jeunes ou la formation des patrons à "l'impératif de paix".

Il manque des financements privés pour la paix, dit Jean-Pierre Raffarin qui appelle tous les acteurs de la société à des efforts. Parmi les participants à la discussion de jeudi, autour de quelques membres des Leaders pour la paix, figuraient notamment l'ancien président de la Confédération Pascal Couchepin ou encore le secrétaire général adjoint du Département genevois du développement économique (DDE), Nicholas Niggli.

La Suisse a "un rôle important" à jouer

Selon Jean-Pierre Raffarin, la Suisse a "un rôle important dans le laboratoire du multilatéralisme du 21e siècle". Des migrations au changement climatique en passant par l'intelligence artificielle, et outre les rapports de force entre Etats, Genève peut permettre de nouvelles régulations et de nouvelles collaborations. A New York, Jean-Pierre Raffarin observe au contraire une "pesanteur politique" et "moins d'enthousiasme".

Les Leaders pour la paix se réuniront en mai prochain à Genève pour leur assemblée générale. Une rencontre sera alors peut-être organisée avec les autorités fédérales, selon leur président.

"Recul de la préoccupation pacifique"

"Il y a une sorte de recul de la préoccupation pacifique. Il suffit de voir la montée de la violence dans toutes les sociétés. Je suis convaincu que la violence et la guerre sont des soeurs jumelles et qu'on peut passer facilement de l'une à l'autre. Donc il faut être très vigilant de ce climat de tension, de négation de l'autre", déclare par ailleurs jeudi Jean-Pierre Raffarin dans Forum.

L'ancien Premier ministre s'est également exprimé sur le prochain prix Nobel de la Paix, qui sera décerné le 11 octobre. "C’est peut-être l’émotion qui me fait dire ça, mais la Fondation Chirac mériterait le prix Nobel de la Paix. S’il y a un homme politique dans ce monde qui a été dans les périodes récentes engagé au bout de ses convictions pour la paix, c’est Jacques Chirac", assure-t-il.

>> L'interview de Jean-Pierre Raffarin dans Forum:

Raffarin [Julien Muguet - Reuters]Julien Muguet - Reuters
Thunberg, Raoni ou Chirac: qui mérite le Nobel de la paix? Interview de Jean-Pierre Raffarin / Forum / 7 min. / le 3 octobre 2019

ebz avec l'afp

Publié Modifié

"Je soutiendrai Macron en 2022"

L'ancien Premier ministre chiraquien Jean-Pierre Raffarin annonce qu'il "soutiendra Emmanuel Macron aux prochaines présidentielles de 2022, s'il continue comme ça", dans un entretien dans l'émission Pardonnez-moi.
Jean-Pierre Raffarin: "Je soutiendrai Macron en 2022" [RTS]
Jean-Pierre Raffarin: "Je soutiendrai Macron en 2022" / L'actu en vidéo / 2 min. / le 3 octobre 2019

Membre du parti Les Républicains, Jean-Pierre Raffarin avait déjà soutenu le parti présidentiel aux Européennes en raison de ses convictions pro-européennes. Il fait un pas de plus en exprimant un soutien à la présidentielle.

Questionné sur le chemin qui reste à faire selon lui à Emmanuel Macron, l'ancien Premier ministre précise: "Il n'a pas fait les preuves de sa capacité d'enracinement. Sa famille politique est encore un peu désordonnée." Il affirme qu'il jugera la suite de son mandat sur sa "capacité de rassembler et de faire qu'une opportunité lors de la première première présidentielle devienne une stratégie durable".

"Je ne renouvellerai pas ma carte de membre des Républicains"
Jean-Pierre Raffarin: "Je ne renouvellerai pas ma carte de membre des Républicains" [RTS]
Jean-Pierre Raffarin: "Je ne renouvellerai pas ma carte de membre des Républicains" / L'actu en vidéo / 39 sec. / le 3 octobre 2019

Comme il l'avait dit, l'ancien Premier ministre quittera le parti de la droite républicaine: "Je ne déchirerai pas ma carte. Je ne la renouvellerai pas", dit-il, déplorant qu'une "guerre des chefs" ait représenté une impasse pour la droite.

"La sincérité de certains était douteuse aux funérailles de Chirac"
Jean-Pierre Raffarin: "La sincérité de certains était douteuse aux funérailles de Chirac" [RTS]
Jean-Pierre Raffarin: "La sincérité de certains était douteuse aux funérailles de Chirac" / L'actu en vidéo / 1 min. / le 3 octobre 2019

Revenant sur les funérailles de Jacques Chirac, Jean-Pierre Raffarin doute de la "sincérité" de certains personnes présentes lors de la messe publique. "Lors de la messe privée, c'était différent. C'est là que la foi était plus grande", souligne-t-il, faisant précisément allusion aux divisions qui ont déchiré la droite française depuis plusieurs décennies.