Modifié le 05 octobre 2019 à 10:50

"La concentration obscène des richesses rend le monde insupportable"

Géopolitis: Christiane Taubira, femme révoltée
Christiane Taubira, femme révoltée Geopolitis / 25 min. / le 06 octobre 2019
L'ancienne Garde des Sceaux et ministre de la Justice française, Christiane Taubira, était de passage en Suisse mardi et mercredi, l’occasion pour elle de réaffirmer haut et fort ses convictions.

Christiane Taubira a le coeur ancré à gauche. Son indignation est inépuisable face aux inégalités et aux injustices, quelles qu'elles soient, où qu'elles soient. En France, l’écart entre les 10% les plus riches et les 10% les plus pauvres a augmenté de près de 25% en une vingtaine d'années.

"Il y a des inégalités dont on peut plus ou moins s’accommoder, mais cette concentration vulgaire, grossière, obscène des richesses […] rend le monde très très violent et particulièrement insupportable", s'insurge l'ancienne ministre de la Justice française dans Géopolitis.

Quel est donc son regard sur les manifestations des Gilets jaunes qui secouent la France depuis l'automne 2018?  Pour elle, leur colère est compréhensible: "Lorsque les gens commencent à compter le prix d’une baguette […] à partir du 15 ou du 20 du mois […]. Lorsque les gens travaillent, ont un revenu et dorment dans leur voiture parce qu'ils ne peuvent pas payer un logement. Lorsque les gens doivent faire des kilomètres et que le budget d'essence pèse sur leur budget familial. […] Ils sont confrontés aux difficultés."

Le capitalisme mondial est d'une violence maximale.

Christiane Taubira

Christiane Taubira estime "qu'il y avait de tout dans ce mouvement, il y avait du très beau et il y avait du très moche aussi!". L'accroissement des inégalités exprime quelque chose de fort sur notre système économique selon elle: "Le capitalisme mondial […] qui est sur la totalité de la planète […] est dans une phase où il est d'une violence maximale."

Il y a lieu de s'interroger sur le modèle et il faut réfléchir à un autre fonctionnement, poursuit-elle: "Cette réalité, est-ce qu'on s’en accommode? – non. Est-ce qu'on peut faire la grande révolution […]? – je n’en suis pas sûre […]. Il y a sans doute une marche intermédiaire qui permettrait d'asséner moins de violence."

Indiscipline et obstination

Christiane Taubira est une femme de caractère. Élue députée, puis nommée ministre de la Justice, elle détonne par son indiscipline et se démarque par sa loyauté envers ses convictions. Elle avoue d'ailleurs "avoir mis 20 ans à accepter l’idée du compromis."

A la tête du ministère de la Justice, elle fait passer la loi légalisant le mariage homosexuel, qu'elle défend avec pugnacité devant l'Assemblée nationale et contre une partie de l'opinion publique. Ses valeurs humanistes la pousseront à démissionner d'un gouvernement dont elle avoue ne plus être capable de suivre les lignes.

La dignité est inaliénable.

Christiane Taubira

Évoquant les 20'000 migrants qui sont morts en essayant de traverser la Méditerranée depuis 2014, Christiane Taubira dénonce la faillite des politiques européennes: "L'humanité est quand même l’emprise principale qui doit inspirer nos idées, nos décisions. […] Nous appartenons à une seule et même espèce humaine et l’autre a droit à sa dignité. La dignité est inaliénable".

Les populismes, "Un hold up colossal"

Le mardi 1er octobre, Christiane Taubira est venue donner une conférence à l'Université de Genève sur le thème Francophonies et Populismes. Pour elle, Donald Trump ou Jair Bolsonaro au Brésil "ne représentent en aucune façon le peuple." Elle se refuse d’ailleurs de les qualifier de populistes: "Ce sont des démagogues!"

Certes ils ont été élus, mais elle s'interroge sur la façon dont ils arrivent à convaincre les électeurs: "Quel est ce niveau de confusion pour que des peuples confient nos destins collectifs à de telles personnalités qui avancent démasqués?" Et d'ajouter: "Il faut cesser de perdre du temps et de l'énergie soit à les critiquer, soit à aller sur leur terrain et aller piquer une ou deux idées. [Nous devons] nous renforcer, nous consolider et nous battre."

Un programme de présidente?

Christiane Taubira se voit-elle candidate à l’élection présidentielle française en 2022, comme elle l'avait été en 2002 déjà? Elle ne dit pas oui, mais ne l’exclut pas totalement: "Il faut en avoir envie. Moi j'ai surtout envie de réfléchir avec les gens. J'ai envie de redessiner un idéal de vie, un idéal politique. […] On est quand même un peu coincé aux fonctions politiques!"

Antoine Pignarre, Marcel Mione

Publié le 05 octobre 2019 à 10:50 - Modifié le 05 octobre 2019 à 10:50