Modifié

Le Vatican défend la béatification de Pie XII

Le Saint-Siège a toujours argué que Pie XII avait sauvé des Juifs en Europe, notamment à Rome. [Keystone]
Le Saint-Siège a toujours argué que Pie XII avait sauvé des Juifs en Europe, notamment à Rome. [Keystone]
Le Vatican a défendu mercredi sa décision de poursuivre la béatification de Pie XII, contesté pour son silence pendant la Shoah. Selon lui, cette béatification valorise un «témoignage de vie chrétienne» et non «la portée historique de tous ses choix».

L'évaluation préalable à cette décision «regarde essentiellement
le témoignage de vie chrétienne de la personne (...) et non
l'évaluation de la portée historique de tous ses choix
opérationnels», a déclaré le porte-parole du pape, le père Federico
Lombardi, dans une note envoyée à la presse suite à «un certain
nombre de réactions dans le monde juif».

Nombreuses protestations

Benoît XVI a signé samedi un décret reconnaissant les «vertus
héroïques» de Pie XII, le proclamant «vénérable», dernière étape
avant la béatification, suscitant de nombreuses protestations des
communautés juives dans le monde. Il est notamment reproché à Pie
XII, qui dirigea l'Eglise catholique de 1939 à 1958 après avoir été
nonce en Bavière, en 1914, et à Berlin, en 1920, de n'avoir jamais
fait de déclaration publique pour défendre les Juifs durant la
Seconde guerre mondiale.

Le Saint-Siège a toujours argué de son côté que Pie XII avait
sauvé des Juifs en Europe, notamment à Rome, en les faisant cacher
dans des institutions religieuses et qu'il se taisait pour ne pas
aggraver leur sort. Ce nouveau pas vers la béatification de Pie
XII, processus entamé dès 1967 mais entravé par cette controverse,
ne constitue en aucune façon «un acte hostile envers le peuple
juif», a déclaré le père Lombardi, en insistant sur «la grande
amitié et le respect» de Benoît XVI envers les juifs.

Le Vatican «espère qu'il ne sera pas considéré comme un obstacle
sur le chemin du dialogue entre le judaïsme et l'Eglise
catholique», a ajouté le père Lombardi, en rappelant que le pape
doit se rendre le 17 janvier à la synagogue de Rome.

Ancien contentieux

En plus de la polémique liée à la béatification de Pie XII, la
situation est aussi tendue entre le Vatican et Israël à propos du
statut juridique et fiscal des institutions de l'Eglise catholique
en Terre sainte, un contentieux qui remonte à 1993.

Les deux Etats n'ont pas réussi à se mettre d'accord lors d'une
réunion plénière au Vatican le 10 décembre alors qu'un accord avant
la fin de l'année était espéré avant la visite du pape en Terre
sainte en mai dernier. La prochaine réunion plénière est inscrite
pour fin mai 2010.

afp/cht

Publié Modifié

Le Grand rabbinat d'Israël poursuivra le dialogue

Le Grand rabbinat d'Israël poursuivra le dialogue avec le Vatican

Les délégués du Grand rabbinat d'Israël entendent poursuivre leur dialogue avec le pape Benoît XVI, en dépit de sa décision de poursuivre le processus en béatification de Pie XII, a indiqué mercredi un haut responsable de cette instance.

"La communauté juive italienne doit décider ce soir si elle maintient la visite du pape le 17 janvier à la Grande synagogue de Rome, et si c'est le cas nos délégués seront présents", a affirmé le directeur général du Grand rabbinat d'Israël, Oded Wiener.

"Depuis bientôt sept ans, une fois par an, nos délégués et ceux du Vatican tiennent un dialogue, alternativement ici (à Jérusalem) et à Rome, et la prochaine séance est prévue là-bas le 18 janvier", a-t-il ajouté. "Nous ne voulons ni créer une crise avec le Saint-Siège, ni nous mêler des affaires intérieures de l'Eglise", a-t-il dit tout en jugeant "regrettables et inappropriées" les démarches du pape pour faire avancer le procès en béatification de Pie XII.

"Il sera difficile de poursuivre notre dialogue avec le Vatican, car la décision sur Pie XII nous heurte, mais nous savons d'expérience qu'il est important de maintenir le contact avec les dirigeants des autres religions", estime lui le Grand rabbin ashkenaze d'Israël, Yona Metzger, dans des propos rapportés mercredi par le Jerusalem Post.

Il recommande "de laisser aux chercheurs le temps de procéder à une enquête sérieuse" sur l'attitude du pape durant la Seconde Guerre mondiale. Les archives du Vatican sur cette période sont encore fermées et en cours de classement.