Modifié le 07 septembre 2019 à 09:45

"Les Hongkongais se sentent étrangers dans leur propre territoire"

Geopolitis
Hong Kong défie Pékin Geopolitis / 26 min. / le 08 septembre 2019
Des millions de Hongkongais sont sortis dans les rues pour défendre leurs libertés. Hong Kong est un îlot capitaliste et semi-démocratique au sein de la République populaire de Chine, mais les manifestants craignent de voir leur petit territoire entièrement assimilé.

L'influence grandissante de la Chine à Hong Kong est difficilement acceptée par une partie de la population. "Il y a eu un afflux de près d'un million de Chinois du continent depuis une quinzaine d'années", souligne le journaliste Frédéric Koller dans l'émission Géopolitis. "Cela change la démographie et aussi la manière dont on parle à Hong Kong: les Hongkongais ont le sentiment de moins pouvoir s'exprimer en cantonais et qu'on leur impose le mandarin. (...) Et ensuite cela met une pression sur la marché immobilier et sur le marché de l'emploi. Les Hongkongais se sentent un peu étrangers dans leur propre territoire."

"Les Hongkongais se sentent trahis"

Dans ce contexte particulier, c'est un projet de loi d'extradition vers la Chine continentale qui a mis le feu aux poudres. Ce texte, finalement définitivement abandonné mercredi dernier par le gouvernement de Hong Kong, a été "la goutte d'eau qui fait déborder le vase", selon Frédéric Koller, journaliste pour le quotidien Le Temps et ancien correspondant en Chine. Cela a été vécu comme une vraie trahison par une partie des Hongkongais, menant à un mouvement très large de contestation. De nouvelles manifestations sont d'ailleurs annoncées pour ce week-end.

Car lors du retour de Hong Kong sous souveraineté chinoise, après 150 ans d'occupation britannique, c'est le principe d'"un pays, deux systèmes" qui devait s'appliquer. Hong Kong est ainsi devenue en 1997 une "région administrative spéciale" au sein de la Chine. Mais Pékin devait en contrepartie lui garantir le maintien des libertés économiques et politiques mises en place par les Britanniques durant 50 ans.

Pour Frédéric Koller, qui a vécu les grandes manifestations du mois d'août sur place, le mouvement peut à certains égards être comparé à celui des gilets jaunes en France. "Il y a un sentiment de perte de pouvoir d'achat, de déclassement. La classe moyenne a le sentiment qu'on ne peut plus grimper les échelons."

La stratégie de Pékin en échec

La révolte de Hong Kong est insupportable pour le gouvernement chinois car elle remet en question un modèle qui doit permettre à la Chine de reprendre la main sur la province rebelle de Taïwan. Cette stratégie fondée sur le principe d'un Etat souverain dans lequel coexistent plusieurs systèmes politiques et économiques est appliquée à Hong Kong mais aussi à Macao, ancienne colonie portugaise distante d'une soixantaine de kilomètres."On a une population à Macao qui n'a jamais eu d'espaces de liberté comme les ont connus les Hongkongais. Ce qui fait qu'aujourd'hui on a une population beaucoup plus docile à Macao", analyse Frédéric Koller.

Frédéric Koller: "Les Hongkongais se sentent étrangers dans leur propre territoire"

Le président chinois Xi Jinping veut pouvoir se présenter comme le successeur de Mao.

Frédéric Koller

Pékin souhaiterait aussi que Taïwan adopte un système similaire. "On a aujourd'hui la démonstration que ce principe ne fonctionne pas. C'est un argument de poids pour le parti indépendantiste qui est au pouvoir à Taïwan", précise Frédéric Koller. "Donc ce qui se passe en ce moment à Hong Kong, c'est vraiment quelque chose de très important pour le régime à Pékin parce que cela remet en question ce scénario et cette stratégie."

Mais surtout, Hong Kong se révolte à un très mauvais moment pour la Chine qui doit célébrer en octobre le 70e anniversaire de la République populaire. "Le président chinois Xi Jinping veut pouvoir se présenter comme le successeur de Mao, explique Frédéric Koller, qui a non seulement rétabli la souveraineté de la Chine mais aussi la grandeur de la Chine. Un pays qui est désormais la deuxième puissance économique mondiale mais aussi l'Etat le plus peuplé de la planète.

Elsa Anghinolfi

Publié le 07 septembre 2019 à 09:30 - Modifié le 07 septembre 2019 à 09:45

Les manifestants visent à nouveau l'aéroport

Des policiers étaient déployés en nombre samedi à Hong Kong pour empêcher les manifestants pro-démocratie de perturber à nouveau le fonctionnement de l'aéroport, l'un des plus grands au monde. Des messages postés sur des forums en ligne très utilisés depuis le début de la mobilisation suggéraient diverses actions pour perturber les liaisons ferroviaires et routières reliant la ville à son aéroport.

Trains et bus à destination de celui-ci proposaient samedi un service limité afin d'éviter que les manifestants n'arrivent en trop grand nombre. Les autorités ont également invité les passagers à prévoir beaucoup plus de temps pour atteindre l'aéroport. Samedi après-midi, l'atmosphère y était calme, mais les passagers devaient faire la queue afin de se soumettre à des contrôles pour y accéder.

Concession insuffisante

Mercredi, la cheffe de l'exécutif hongkongais Carrie Lam, élue par un comité acquis à Pékin, a fait une concession surprise en annonçant le retrait définitif du projet de loi rendant possible l'extradition des ressortissants hongkongais vers la Chine. Cette décision a cependant été jugée trop tardive par les manifestants et insuffisante au regard de l'ensemble de leurs revendications.

afp/vic