Modifié le 24 août 2019 à 15:31

Des milliers de manifestants défilent à Dresde contre l'extrême droite

Des milliers de personnes ont défilé à Dresde pour lutter contre le racisme.
Des milliers de manifestants défilent à Dresde contre l'extrême droite Le Journal horaire / 20 sec. / le 24 août 2019
Des milliers de militants de la société civile mobilisés contre le racisme se sont rassemblés samedi à Dresde, en Saxe, bastion de l'extrême droite allemande, pour une grande manifestation, à une semaine d'élections très attendues dans cette région d'ex-RDA.

Sous le mot d'ordre "Solidarité au lieu de rejet: pour une société ouverte et libre", un grand melting-pot de manifestants de tous bords, ONG, artistes, syndicalistes, responsables politiques unis dans l'alliance #Unteilbar (indivisible en français) ont commencé de défiler dans une ambiance décontractée au coeur de cette ville baroque, l'une des plus touristiques de l'est.

Les organisateurs attendent au moins 10'000 participants pour la manifestation qui doit marquer l'apogée d'une série d'actions contre le racisme et l'exclusion véhiculés selon eux par l'extrême droite.

Le contexte est tendu, alors que les sondages prévoient un nouveau succès électoral pour le parti anti-migrants Alternative pour l'Allemagne (AfD) aux scrutins du 1er septembre, en Saxe et dans le Land voisin du Brandebourg.

Selon les dernières enquêtes, il pointe en deuxième position dans son bastion saxon, derrière les conservateurs d'Angela Merkel au pouvoir dans ce Land depuis 1990. Avec des intentions de vote autour de 24%, il pourrait plus que doubler son score par rapport à 2014.

Une rhétorique anti-migrants

Une victoire dans l'une ou l'autre région serait une première pour ce parti xénophobe né en 2013.

Entrée à la chambre des députés après les élections législatives de 2017, l'AfD a bâti son succès en surfant sur les inquiétudes des Allemands après l'afflux de plus d'un million de réfugiés venant essentiellement de Syrie ou d'Afghanistan en 2015 et 2016.

Sa rhétorique passe particulièrement bien dans l'ex-RDA communiste, délaissée par une grande partie de sa jeunesse et économiquement plus pauvre.

afp/nnad/lan

Publié le 24 août 2019 à 15:20 - Modifié le 24 août 2019 à 15:31