Modifié

Sergio Mattarella accorde un délai supplémentaire aux partis italiens

Le président Italien Sergio Mattarella lors de consultations politiques [Angelo Carconi - EPA]
Mattarella accorde un délai supplémentaire aux partis italiens / Le Journal horaire / 27 sec. / le 22 août 2019
Le président italien Sergio Mattarella a annoncé jeudi qu'il avait décidé d'accorder plus de temps aux chefs des différents partis politiques, afin qu'ils tentent de former une nouvelle coalition gouvernementale.

Le chef de l'Etat italien a précisé qu'il organiserait de nouvelles consultations avec les dirigeants de ces partis à partir de mardi prochain.

Sergio Mattarella a expliqué qu'il avait pris cette décision à la demande des interlocuteurs qu'il a reçus mercredi et jeudi au palais du Quirinal afin de trouver les moyens de sortir de l'actuelle crise politique dans laquelle est plongée l'Italie.

>> Voir les images de son annonce:

230819_INFO_PresiItalien [RTS]
Le président italien offre un week-end de réflexion aux partis / L'actu en vidéo / 45 sec. / le 23 août 2019

Le parlement pourrait être dissous

Le président italien a indiqué que certains partis lui avaient fait savoir qu'ils travaillaient à l'établissement d'un compromis. En cas d'échec des discussions, Sergio Mattarella pourrait alors prononcer la dissolution du Parlement et convoquer des élections législatives anticipées, scénario que le ministre de l'Intérieur Matteo Salvini appelle de ses voeux.

>> Voir le reportage du 19h30 sur l'électorat italien séduit par l'extrême droite

En Italie, un Italien sur deux se dirait prêt à voter pour un parti d'extrême droite. Tournage à Rome. [RTS]
En Italie, un Italien sur deux se dirait prêt à voter pour un parti d'extrême droite. Tournage à Rome. / 19h30 / 2 min. / le 22 août 2019

La crise "doit être résolue rapidement"

Le président italien a déclaré que le retour devant les électeurs constituait un choix qui ne devait pas être pris à la légère tout en reconnaissant que l'actuelle crise exigeait d'être résolue rapidement.

>> Voir l'analyse dans le 19h30 d'Hervé Rayner, professeur de science politique à l'UNIL

"En Italie, les règles changent constamment", Hervé Rayner, prof. Faculté des sciences politiques, UNIL. [RTS]
"En Italie, les règles changent constamment", Hervé Rayner, prof. Faculté des sciences politiques, UNIL. / 19h30 / 2 min. / le 22 août 2019

Agences/asch

Publié Modifié

Le suspense est encore total

Toute la classe politique attendait la réponse du Mouvement 5 Etoiles (M5S) à une proposition faite par le Parti démocrate (PD), première force de gauche, pour une nouvelle alliance de gouvernement. Mais Luigi di Maio, le chef du M5S, a éludé et cherché à replacer sa formation au centre du jeu, soulignant que son mouvement est le premier parti au parlement et dispose d'une majorité relative autour de laquelle bâtir une nouvelle coalition.