Modifié

Les Etats-Unis vont autoriser la détention illimitée d'enfants migrants

La modification voulue par Donald Trump vise les enfants de migrants illégaux nés aux Etats-Unis. [Loren Elliott - Reuters]
La durée d'emprisonnement des enfants migrants ne sera plus limitée aux Etats-Unis. / Le Journal horaire / 30 sec. / le 21 août 2019
La Maison Blanche a déclaré mercredi mettre fin à la disposition judiciaire qui interdisait aux autorités fédérales américaines de maintenir en détention les enfants plus de 20 jours.

Le ministère américain de la Sécurité intérieure a déclaré qu'il mettait fin à une décision judiciaire de 1997, dites "Flores", imposant aux autorités fédérales de ne pas maintenir en détention les enfants plus de 20 jours.

Une nouvelle règle, qui doit être mise en oeuvre sous 60 jours, ne limitera plus le temps passé par les enfants ou leurs familles en centres de rétention.

Décourager les migrants

Il s'agit, pour le gouvernement de Donald Trump, de décourager les migrants qui affluent en nombre record à la frontière avec le Mexique, avec l'espoir d'être relâchés rapidement après leur arrestation s'ils sont avec des enfants, et de pouvoir ainsi rester aux Etats-Unis.

La réforme annoncée mercredi vise à "s'assurer que les familles étrangères puissent être ensemble pendant les formalités migratoires", affirme la Maison Blanche. "Cette nouvelle règle garantira que les enfants étrangers sont en sécurité et que l'on prend bien soin d'eux en détention".

Une initiative immédiatement dénoncée

Les associations de défense des droits humains et l'opposition démocrate ont immédiatement dénoncé cette initiative, promettant de combattre en justice la nouvelle règle, qui doit encore être révisée par un juge fédéral.

agences/asch

Publié Modifié

Vers la fin du droit du sol ?

Le gouvernement américain envisage par ailleurs sérieusement de mettre fin au droit du sol pour les enfants nés aux Etats-Unis de parents ayant immigré illégalement dans le pays, a annoncé mercredi Donald Trump.

"Nous examinons cela très sérieusement, le droit du sol, où vous avez un bébé dans notre pays, vous traversez la frontière, félicitations, le bébé est maintenant un citoyen américain. (...) C'est franchement ridicule", a déclaré le président américain aux journalistes devant la Maison Blanche.