Modifié le 21 août 2019 à 11:53

C'est le sable du Groenland qui intéresserait le plus Donald Trump

Alter Eco (vidéo) - Donald Trump aurait suggéré de racheter le Groenland au Danemark
Alter Eco (vidéo) - Donald Trump aurait suggéré de racheter le Groenland au Danemark Alter Eco / 2 min. / le 19 août 2019
Le Groenland est une gigantesque île arctique, grande comme quatre fois la France, riche en ressources naturelles telles que le pétrole, le gaz, l'or, les diamants, l'uranium, le zinc, ou le plomb. Mais ce qui semble le plus intéresser le président américain, c'est son sable.

C'est The Wall Street Journal qui l'a révélé le 16 août: le président américain, "en conversation avec ses conseillers, a laissé flotter l'idée – en variant le degré de sérieux – que les Etats-Unis pourraient acheter le territoire autonome danois du Groenland".

>> Lire: Donald Trump aimerait acheter le Groenland, qui "n'est pas à vendre" 

Et, contrairement à ce que l'on pourrait croire, cette offre de la part de l'ancien promoteur immobilier n'a rien de loufoque. Le Groenland, c'est quatre fois la superficie de la France, mais avec la population de la ville de Bienne, soit environ 56'000 habitants, majoritairement des Inuits.

>> Ecouter: Quel avenir pour les Inuits du Groenland? Interview de Philippe Geslin, photographe et ethnologue

Philippe Geslin.
-
Prise de Terre - Publié le 06 avril 2019

La suggestion de Donald Trump n'a pas été prise au sérieux du côté du Groenland ou du Danemark. Lars Løkke Rasmussen, l'ancien Premier ministre danois, a écrit sur Twitter: "Ça doit être un poisson d'avril ...mais totalement hors saison!"

L'intérêt stratégique du Groenland

Ce n'est d'ailleurs pas la première fois qu'un président américain se voit opposer une fin de non-recevoir en proposant de racheter le Groenland.

La base militaire aérienne de l'US Air Force à Thulé (31 octobre 2018). C'est en 1941 que le Danemark a autorisé son allié américain à s'implanter au Groenland.
La base militaire aérienne de l'US Air Force à Thulé (31 octobre 2018). C'est en 1941 que le Danemark a autorisé son allié américain à s'implanter au Groenland. [Thomas Lekfeldt - Keystone/epa]

En pleine Seconde Guerre mondiale, le Danemark a accordé à son allié américain d'implanter des bases militaires au Groenland. Notamment à Thulé. Des sites hautement stratégiques pour Washington.

Mais en 1946, pour démarrer la Guerre froide, Harry Truman veut mettre le grappin sur les glaces polaires. Il propose à Copenhague de racheter l'immense île pour 100 millions de dollars en lingots d'or: pas suffisant pour appâter les Danois.

Depuis, la Guerre froide a laissé sa place au réchauffement climatique: la glace fond et libère des raccourcis maritimes pour le commerce mondial. Et le concurrent chinois a remplacé l'ennemi soviétique.

Quand la glace fondera, les navires passeront par le passage du Nord-Est plutôt que le Canal de Suez. De l'Allemagne au Japon, le trajet sera un tiers plus court.

>> Ecouter: Canal de Suez: des intérêts coloniaux à la fierté nationale

Le canal de Suez.
mirceadobre78 - Fotolia
Babylone - Publié le 02 juin 2016

Une idée saugrenue?

L'idée de racheter un pareil territoire n'est pas forcément si saugrenue. Les Etats-Unis et le Danemark n'en sont pas à leur première transaction: il y a un siècle, en 1917, Washington rachète à la couronne danoise les Iles vierges américaines – quelques confettis paradisiaques en mer des Caraïbes, pour la bagatelle de 25 millions de dollars de l'époque, environ 300 millions de dollars actuels. Plutôt une bonne affaire.

Et puis côté danois, le Groenland est un territoire qui coûte cher en subventions… Sauf que sous la glace, le "pays vert" (ndlr: Groenland vient du vieux norrois: grœnn, "vert" et land, "terre" – le pays vert) regorge d'une ressource très prisée et qui se raréfie. Ça n'est ni le gaz, ni le pétrole, présents en abondance.

Du sable à revendre

Selon une étude américaine, 8% des apports annuels en sédiments apportés aux océans du monde proviennent de la calotte glaciaire du Groenland. Selon une étude américaine, 8% des apports annuels en sédiments apportés aux océans du monde proviennent de la calotte glaciaire du Groenland. [Nicolaj Kroeg Larsen - Nature Sustainability] Le Groenland détient aussi des réserves impressionnantes de sable pour la construction: un marché mondial évalué aujourd'hui à une centaine de milliards de dollars, mais qui pourrait être cinq fois plus gros d'ici la fin du siècle.

>> Lire: L'impact environnemental et social de l'exploitation du sable inquiète l'ONU

Ce printemps, une étude américaine parue dans Nature Sustainability – titrée "Le sable provenant des fontes glaciaires pourrait être le salut économique du Groenland" – a mis en évidence ce potentiel gigantesque qui apparaît pour le Groenland avec le réchauffement climatique.

Pour son sable, pour ses sous-sols remplis d'énergie et pour ses voies maritimes, le Groenland a de quoi faire défiler les dollars dans les yeux des présidents américains…

Chronique radio: Frédéric Mamaïs

Adaptation web: Stéphanie Jaquet

Publié le 19 août 2019 à 16:22 - Modifié le 21 août 2019 à 11:53