Modifié le 15 août 2019 à 21:42

L'ancien ministre français Eric Woerth moqué sur les réseaux sociaux

L'image d'Eric Woerth, publiée sur Twitter, qui a conduit à son lynchage médiatique.
L’ancien ministre français Eric Woerth victime de lynchage médiatique à cause d’une photo Forum / 1 min. / le 15 août 2019
L'homme politique français Eric Woerth a été la cible de nombreuses moqueries après avoir publié lundi sur les réseaux sociaux une photo le montrant en train d'escalader une montagne. De nombreux internautes ont dénoncé, à tort, une supercherie.

Sur le cliché, on voit Eric Woerth, casque sur la tête et piolet à la main, accroché à une paroi blanche et très verticale.

La photographie de son exploit sur Twitter aussitôt postée, les commentaires se sont multipliés. Les internautes affirment que l’image est truquée.

Certains montrent deux petits personnages dans un coin de la photographie, preuve que la paroi serait en réalité horizontale et que la photographie a simplement subi une rotation.

D'autres postent des photomontages.

 

L'ancien ministre de Nicolas Sarkozy a réagi le lendemain, montrant son agacement: "L'avalanche (phénomène dangereux en montagne) de commentaires suscitée par la publication d'une photo de montagne m'oblige à dire, au risque de décevoir, que cette image est vraie et sans retouche, le sens de la photo est le bon, mais le bon sens est une valeur rare..."

Cela n’a évidemment pas suffi à calmer les médisants. Il a fallu que le guide de montagne qui accompagnait Eric Woerth dans son ascension de l’aiguille d’Argentière, dans le massif du Mont Blanc, intervienne pour calmer les esprits.

Le guide a a confirmé l’authenticité du cliché, précisant qu’il se trouvait au-dessus d’Eric Woerth, en point d’assurage, lors de la prise de vue. Il a également déclaré que le politicien était un excellent alpiniste.

Caroline Stevan/lan

Publié le 15 août 2019 à 18:44 - Modifié le 15 août 2019 à 21:42

"Les internautes ne font jamais leur mea culpa"

Pour Stéphane Hugon, docteur en sociologie et chercheur au Centre d'études sur l'actuel et le quotidien, à la Sorbonne, interrogé dans l'émission Forum, cette histoire n'est pas surprenante car elle montre la relation qu'il y a entre les Français et leurs représentants.

"Les internautes ne font jamais leur mea culpa, ils cherchent à faire événement, ils se contrefichent de savoir si c'est vrai ou faux. A chaque fois, ils ont la même manière de se dégager en disant 'ce n'est pas si grave, c'est de l'humour'".

>> L'interview complète de Stéphane Hugon dans Forum: