Modifié

SOS Méditerranée reprend la mer avec un nouveau navire d'aide aux migrants

SOS-Méditerranée et MSF lancent une nouvelle campagne de secours pour les migrants [RTS]
SOS-Méditerranée et MSF lancent une nouvelle campagne de secours pour les migrants / Forum (vidéo) / 2 min. / le 21 juillet 2019
L'association SOS Méditerranée a annoncé dimanche l'envoi d'un nouveau navire en mer pour secourir les migrants au large des côtes africaines. Plus récent que l'Aquarius, l'Ocean Viking bat pavillon norvégien.

Sept mois après la fin des activités de l'Aquarius, privé de pavillon et qui était devenu le symbole de la crise politique autour de l'accueil des migrants, l'Ocean Viking va "mener une nouvelle campagne de recherches et de secours en Méditerranée centrale" - devenue la route migratoire maritime la plus meurtrière au monde, a fait savoir SOS-Méditerranée, associée pour l'occasion à Médecins sans Frontières (MSF).

Ce nouveau bateau rouge, de 69 mètres de longueur sur 15 de large, est plus récent, plus robuste et plus rapide que le précédent. Il a quitté jeudi soir le chantier où plusieurs mois ont été nécessaires à sa préparation. Car il a fallu l'adapter aux opérations, y installer des containers pour accueillir les rescapés et l'équipage, amener et fixer le matériel de sauvetage, poursuit SOS Méditerranée.

31 membres d'équipage

Le navire, conçu à l'origine pour l'assistance aux plates-formes pétrolières, est équipé "pour faire face à de potentielles longues errances en mer." Il fait route vers la Méditerranée et devrait pouvoir atteindre la zone de recherche et de sauvetage, au large de la Libye, d'ici deux semaines. Il va patrouiller en Méditerranée centrale, là d'où provient le plus grand nombre d'appels de détresse, mais sans jamais entrer dans les eaux territoriales libyennes

L'Ocean Viking opérera avec un équipage de 31 membres, dont 13 marins-sauveteurs de SOS Méditerranée, 9 membres de MSF et un équipage maritime de 9 personnes.

Interrogée dimanche dans Forum, Hassiba Hadj-Sahraoui, chargée d’affaires humanitaires pour MSF, estime que cette nouvelle entreprise est risquée, mais nécessaire. Regrettant l'inertie de certaines autorités, elle juge toutefois qu'en dépit d'un climat tendu, il y a toujours une volonté de trouver des solutions.

>> L'interview de Hassiba Hadj-Sahraoui dans Forum:

SOS Méditerranée et MSF reprennent la mer avec un nouveau navire d'aide aux migrants: interview de Hassiba Hadj-Sahraoui [RTS]
SOS Méditerranée et MSF reprennent la mer avec un nouveau navire d'aide aux migrants: interview de Hassiba Hadj-Sahraoui / Forum (vidéo) / 4 min. / le 21 juillet 2019

Appel aux dons

En mer, l'Ocean Viking coûte 15'000 francs par jour. L'association précise qu'elle a eu les fonds nécessaires pour l'aménager et lui permettre de partir en mer, mais il manque encore les fonds pour qu’il y reste. C’est pourquoi une collecte de fonds, baptisée "BackAtSea", est lancée dimanche.

"Nous n'allons pas au-devant de temps faciles", écrit SOS Méditerranée, "mais nous retournons là où nous devons être, en mer."

oang/boi avec agences

Publié Modifié

La réponse de l'UE à la "tragédie en mer" dénoncée

"Depuis un an, nous observons une dégradation de la réponse apportée par l’Union européenne à la tragédie humaine en cours en Méditerranée, déclare la directrice générale de SOS Méditerranée Suisse.

Les unités navales de l’opération européenne Sophia ont quitté la zone et les États européens mènent toujours une intense campagne de criminalisation à l’encontre de navires opérés par la société civile, déplore Caroline Abu Sa’Da.

"Surtout, il n’y a toujours pas de mécanisme de débarquement coordonné, durable et partagé, comme le requiert le droit maritime."

Salvini écrit à Paris et Berlin

La France et l'Allemagne ne peuvent décider seules des politiques migratoires "en ignorant les demandes des pays les plus exposés" comme l'Italie et Malte, estime le ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini, dans un courrier à son homologue français Christophe Castaner.

"Les choix faits seulement à Paris et à Berlin, ça suffit. L'Italie n'est plus disposée à accepter tous les immigrants qui arrivent en Europe", déclare dimanche Matteo Salvini dans un message sur Facebook qui accompagne le courrier adressé à son homologue français.