Modifié le 12 juin 2019 à 22:25

Le gouvernement Philippe obtient un 2e vote de confiance des députés

Le Premier ministre français Edouard Philippe présente son deuxième discours de politique générale devant l'Assemblée nationale.
Le Premier ministre français Edouard Philippe promet une "accélération écologique" dans son discours de politique généra Forum / 2 min. / le 12 juin 2019
Le Premier ministre français Edouard Philippe a détaillé mercredi l'acte II du quinquennat devant l'Assemblée nationale, placé sous le signe de l'urgence. Avec 363 voix pour, 163 contre et 47 abstentions, il obtient la confiance des députés.

Après sept mois marqués par la crise des gilets jaunes, le grand débat national et les élections européennes, Edouard Philippe a fixé "trois enjeux prioritaires" pour les trois années à venir: "l'écologie, la justice sociale et un fonctionnement démocratique (...) beaucoup plus clair", citant la décentralisation. Il a annoncé un "changement de ton [...] et de méthode" allant "de pair avec la constance et la cohérence".

>> Voir le discours de politique générale du Premier ministre Edouard Philippe:

Au chapitre écologique, le projet de loi contre le gaspillage préparé par Brune Poirson arrivera en septembre à l'Assemblée. L'exécutif, qui veut s'attaquer avec plus d'efficacité à la rénovation thermique des logements, s'engage aussi à traduire en projets de loi des mesures proposées par la nouvelle "convention citoyenne" et envisage d'en soumettre "les plus puissantes" à un référendum. "Plus personne n'a aujourd'hui le monopole du vert", a affirmé Edouard Philippe, qui a consacré un tiers de son discours à la problématique.

Baisse fiscale

Le Premier ministre affirme avoir entendu les revendications des gilets jaunes. Il annonce la reconduction de la prime exceptionnelle de fin d'année pour les salariés. Il confirme aussi la baisse de cinq milliards d'euros de l'impôt sur le revenu qui consistera à ramener de 14% à 11% le taux de la première tranche, dans laquelle se situent les deux tiers (environ 12 millions sur 17) des ménages. Soit une baisse de 350 euros en moyenne pour les contribuables situés dans cette première tranche, et 180 euros pour les autres.

Avec la réforme de l’assurance chômage, qui sera annoncée le 18 juin, le gouvernement entend mettre fin "aux recours abusifs aux contrats courts".

Autre point particulièrement attendu: le projet de loi bioéthique, qui inclut la promesse d'Emmanuel Macron d'une procréation médicalement assistée (PMA) étendue à toutes les femmes, l'a emporté dans l'embouteillage parlementaire. Il sera examiné "dès la fin septembre" à l'Assemblée nationale.

ah/ats/ani

Publié le 12 juin 2019 à 22:08 - Modifié le 12 juin 2019 à 22:25

Divergence entre députés et sénateurs des Républicains

Les députés et sénateurs Les Républicains (LR) ont opté mercredi pour des lignes divergentes à l'égard du gouvernement. Le groupe LR à l'Assemblée a majoritairement voté contre la confiance à Edouard Philippe à l'issue du deuxième discours de politique générale du quinquennat tandis que les sénateurs, appelés à voter à leur tour jeudi, privilégient l'abstention au nom d'un pragmatisme propre à la chambre haute.

Le rapport s'est inversé par rapport au premier discours d'Edouard Philippe, il y a deux ans : le groupe LR avait alors accordé le bénéfice du doute au nouveau chef de gouvernement, issu de ses rangs, en s'abstenant largement et seule une minorité (23) de députés de droite avait voté contre.

Le Premier ministre a récolté 363 votes pour, soit un recul de seulement sept voix par rapport à 2017. Mais les votes contre ont plus que doublé, à 163 voix, gauche et droite faisant quasi le plein. Majoritaires, les représentants de La République en Marche ont voté la confiance, à l’exception du président de l’Assemblée Richard Ferrand qui s'est abstenu.