Modifié le 04 juin 2019 à 16:54

La visite de Trump au Royaume-Uni "tombe à un moment très mauvais"

Laurence Nardon, directrice du programme Amérique du Nord à l'IFRI, spécialiste des Etats-Unis.
Laurence Nardon s'exprime sur la visite de Donald Trum au Royaume-Uni La Matinale / 6 min. / le 04 juin 2019
La visite de Donald Trump au Royaume-Uni prend mardi un tour plus politique. Le président américain doit s'entretenir avec la Première ministre Theresa May, qui quitte son poste vendredi. Le climat est donc peu propice aux négociations.

"Pour Theresa May, au départ, l'idée était que cette visite arrive après que le deal sur le Brexit soit accompli (...). Évidemment, cela ne se passe pas comme ça aujourd'hui", estime Laurence Nardon, responsable du programme Amérique du Nord à l'institut français des relations internationales (Ifri), invitée mardi de La Matinale. Selon elle, cette visite "tombe à un moment très mauvais".

Avec Theresa May sur le départ, faute d'avoir pu concrétiser l'accord sur la sortie de l'Union européenne, la visite aura peu d'enjeu pour le président américain, "à part de la communication, se faire prendre en photo avec la reine", estime Laurence Nardon. "Au-delà de ça, il n'y aura pas beaucoup de possibilités de discussion sur des sujets comme Huawei, les sanctions contre Iran ou l'accord de commerce à négocier entre Royaume-Uni et Etats-Unis...", estime la spécialiste. Et d'ajouter: "côté britannique, il n'y a pas d'interlocuteur qui soit sûr d'être en poste la semaine prochaine".

Rencontre avec Johnson et Farage?

Aux yeux de Laurence Nardon, "la grande question, c'est de savoir si Donald Trump va rencontrer Boris Johnson et Nigel Farage. Ce n'est pas prévu, mais il pourrait s'arranger pour le faire". Le président américain a d'ailleurs donné le nom de Boris Johnson comme potentiel successeur de Theresa May.

La visite d'Etat a commencé de manière mouvementée lundi. Avant même son arrivée, Donald Trump a traité le maire de Londres de "loser total". "Le fait que Trump insulte le personnel politique et donne son avis sur qui devrait se faire, c'est du jamais vu en termes de relations internationales. Cette visite est inhabituelle, comme à chaque fois avec le président Trump", analyse Laurence Nardon.

>> Lire aussi: Donald Trump rencontre la reine Elizabeth II à Buckingham Palace

Propos recueillis par Romaine Morard/jvia

>> Voir: Protestations à Londres contre la venue du président américain:

Protestations contre Trump
L'actu en vidéo - Publié le 04 juin 2019

Publié le 04 juin 2019 à 08:37 - Modifié le 04 juin 2019 à 16:54