Modifié

Le Parlement israélien s'auto-dissout et vote pour de nouvelles législatives

Vue de la Knesset, lors du vote sur la dissolution du Parlement israélien, ce 30 mai 2019.
Le Parlement israélien s'auto-dissout et vote pour de nouvelles législatives / La Matinale / 1 min. / le 30 mai 2019
Les députés israéliens ont décidé dans la nuit de mercredi à jeudi de dissoudre le Parlement après que le Premier ministre sortant Benjamin Netanyahu a échoué à former un gouvernement de coalition dans le délai qui lui était imparti.

Il s'agit d'un bouleversement sans précédent dans l'histoire politique du pays et d'une sévère déconvenue pour Benjamin Netanyahu, qui ambitionnait d'accomplir un cinquième mandat à la tête du gouvernement suite à la courte victoire de son parti, le Likoud, aux élections législatives du 9 avril dernier.

Un nouveau scrutin aura lieu le 17 septembre prochain.

Le vote de la Knesset, dont les députés se sont prononcés à 74 voix contre 45 en faveur d'une dissolution, a eu lieu quelques minutes après minuit et l'expiration du délai fixé à Netanyahu pour former un gouvernement.

Service militaire

Le Premier ministre sortant n'a pas été en mesure de trouver une majorité absolue à la Knesset, faute d'être parvenu à s'entendre avec les partis de droite, d'extrême droite et ultra-orthodoxes.

Aux origines de cette crise, du moins officiellement, un conflit entre les alliés présumés de Benjamin Netanyahu, l'ancien ministre de la Défense Avigdor Lieberman, laïc d'extrême droite, et les partis juifs ultra-orthodoxes autour du service militaire obligatoire. Lieberman s'est prononcé contre une exemption automatique pour les jeunes théologiens.

Record de longévité

Le Premier ministre sortant, lui, a annoncé qu'il se présenterait au nouveau scrutin, assurant aux journalistes que son parti l'emporterait de nouveau.

Arrivé au pouvoir à la fin des années 1990, Benjamin Nethanyau, âgé de 69 ans, vise le record de longévité à la tête du gouvernement israélien.

Avant le coup de théâtre à la Knesset, l'attention était focalisée sur les mesures parlementaires envisagées par les alliés de Netanyahu pour garantir à celui-ci l'immunité alors qu'il est sous le coup de plusieurs enquêtes pour corruption.

>> L'interview de Pascal Boniface, directeur et fondateur de l'Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS) et spécialiste du Proche-Orient

Le politologue français Pascal Boniface. [AFP]AFP
Le Parlement israélien s'auto-dissout et vote pour de nouvelles législatives: interview de Pascal Boniface / Forum / 5 min. / le 30 mai 2019

reuters/pym

Publié Modifié