Modifié

Le 25e samedi des "gilets jaunes" marqué par une mobilisation en recul

En comparaison aux actes précédents, la 25e journée d'action a réuni peu de "gilets jaunes". [Charles Platiau - Reuters]
Un 25e samedi de mobilisation des "gilets jaunes" dans le calme / Le Journal horaire / 31 sec. / le 4 mai 2019
Les "gilets jaunes" se sont mobilisés dans le calme en France pour leur 25e samedi d'action, trois jours après un 1er mai émaillé de heurts à Paris, et dix jours après les mesures annoncées par le président Emmanuel Macron.

A Paris, une manifestation de plusieurs centaines de personnes s'est élancée sous la pluie et dans le calme aux abords d'un hôpital du Xe arrondissement, en direction de la place de la Nation. A l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, quelques dizaines de personnes ont protesté contre la privatisation de la société Aéroports de Paris.

Le mot d'ordre du jour pour les gilets jaunes: la reprise des ronds-points, lieux de rassemblement depuis le début du mouvement il y a près de six mois. Plusieurs ont été occupés en province, comme à Château-Thierry dans l'Aisne ou Castelnau-de-Médoc en Gironde.

Moins de 19'000 manifestants selon l'Intérieur

Selon un décompte du ministère de l'Intérieur, les manifestations ont rassemblé 18'900 personnes en France, dont 1460 à Paris. Un premier recensement faisait état de 3600 manifestants à 14h. Un décompte contesté par les "gilets jaunes" qui ont comptabilisé 40'291 manifestants en France.

L'acte 25 des "gilets jaunes" pourrait constituer la plus faible mobilisation depuis le début du mouvement. L'acte précédent avait rassemblé 23'600 personnes selon les autorités, et 27'900 lors du 23e samedi de mobilisation. Le premier acte, le 17 novembre 2018, avait mobilisé 282'000 manifestants en France.

>> Lire aussi: Faible mobilisation des "gilets jaunes" après les annonces de Macron

Trois listes aux européennes

Le mouvement entre en politique: sur le nombre record de 33 listes validées pour les élections européennes du 26 mai, trois se revendiquent des "gilets jaunes".

Il s'agit d'"Evolution citoyenne", "Alliance jaune" ou encore le "Mouvement pour l'initiative citoyenne", qui milite pour organiser un référendum d'initiative citoyenne au niveau national et européen.

afp/ani

Publié Modifié

"Les gilets jaunes, c'est nous", disent 1400 artistes

Dans une tribune intitulée "Gilets jaunes: Nous ne sommes pas dupes!", publiée samedi sur le site du quotidien Libération, plus de 1400 comédiens, écrivains, dessinateurs ou scénaristes saluent "un mouvement que le pouvoir cherche à discréditer et réprime sévèrement alors que la violence la plus menaçante est économique et sociale".

"Nous voyons bien les ficelles usées à outrance pour discréditer les "gilets jaunes", décrits comme des anti-écologistes, extrémistes, racistes, casseurs...", dénoncent-ils. "La manoeuvre ne prend pas, ce récit ne colle pas à la réalité même si médias grand public et porte-parole du gouvernement voudraient bien nous y faire croire", ajoutent les signataires, parmi lesquels Juliette Binoche, Emmanuelle Béart ou encore Yvan Le Bolloc'h.

Les 1400 artistes dénoncent également une "répression qui s'aggrave chaque semaine". "Rien ne justifie la mise en place d'un arsenal législatif dit "anticasseur" qui bafoue nos libertés fondamentales".