Modifié le 29 avril 2019 à 08:13

Une égyptologue pense avoir trouvé une nouvelle reine-pharaon

Selon une égyptologue canadienne, deux soeurs de Toutankhamon auraient occupé ensemble le trône avant le trop jeune pharaon.
Une égyptologue pense avoir trouvé une nouvelle reine-pharaon Le Journal horaire / 1 min. / le 29 avril 2019
Deux des soeurs de Toutankhamon, et non une seule, sont montées ensemble sur le trône d'Egypte après la mort de leur père Akhenaton. Ce sont les conclusions d'une étude menée par une Canadienne.

Les spécialistes savaient depuis près de 50 ans qu'au 14e siècle avant Jésus-Christ, une reine-pharaon avait précédé Toutankhamon sur le trône, rappelle Valérie Angenot, égyptologue et historienne de l'art à l'Université du Québec à Montréal.

Certains pensaient qu'il s'agissait de Néfertiti, épouse d'Akhenaton, autoproclamée "roi" à la mort de son époux. D'autres estimaient qu'il s'agissait de la fille aînée d'Akhenaton, la princesse Méritaton. "Jusqu'à présent, le recours aux documents iconographiques se faisait de façon plutôt intuitive", a expliqué Mme Angenot.

Deux filles pour un trône

La professeure montréalaise a dès lors procédé à une analyse basée sur la sémiotique qui a selon elle révélé que deux filles d'Akhenaton avaient pris le pouvoir à sa mort. Leur frère Toutankhamon, âgé de quatre ou cinq ans, était encore trop jeune pour régner.

Akhenaton, qui avait épousé sa fille aînée Méritaton pour la préparer à régner, aurait également associé au pouvoir une autre de ses filles, Neferneferouaton Tasherit.

agences/br

Publié le 29 avril 2019 à 03:44 - Modifié le 29 avril 2019 à 08:13

Gestuelle particulière

L'historienne de l'art a notamment analysé une stèle exposée au Musée égyptien de Berlin montrant deux personnages assis sur le trône, l'un caressant le menton de l'autre.

"On a émis toutes sortes d'hypothèses à son sujet: qu'elle figurerait Akhenaton devenu homosexuel, Akhenaton avec son père, ou Akhenaton et Néfertiti", rappelle-t-elle. "Je me suis rendu compte que cette gestuelle de caresser le menton n'était en fait attestée que pour les princesses, dans 100% des occurrences".

Mme Angenot a récemment présenté ses conclusions lors d'un rassemblement d'égyptologues nord-américains en Virginie. "L'égyptologie est une discipline très conservatrice, mais mon idée a été étonnamment bien reçue, à l'exception de deux collègues qui s'y sont farouchement opposés", a-t-elle souligné.