Modifié le 20 avril 2019 à 17:24

Le Kosovo a rapatrié de nombreux proches de djihadistes de Syrie

Les enfants rapatriés au Kosovo ont été pris en charge dans le centre de détention du village de Vranidoll, samedi 20 avril.
Le Kosovo a rapatrié de nombreux proches de djihadistes de Syrie Le Journal horaire / 18 sec. / le 20 avril 2019
Le Kosovo a annoncé samedi le rapatriement de Syrie de 110 de ses ressortissants, en quasi totalité des épouses ou des enfants de djihadistes du groupe Etat islamique (EI). L'opération est inédite en Europe par son ampleur.

Dans l'avion qui s'est posé dans la nuit de vendredi à samedi sur l'aéroport de Pristina, seuls quatre hommes sont soupçonnés d'avoir combattu avec l'EI. Ils ont été placés en garde à vue pour 48 heures. Parmi les autres passagers se trouvaient 32 femmes et 74 enfants, a précisé le gouvernement.

Ce rapatriement, qualifié d'"opération très sensible", a été mené avec l'aide des Etats-Unis, proche allié du Kosovo. L'ambassade américaine à Pristina a salué l'opération, "un exemple important à suivre" pour les membres de la communauté internationale.

L'espoir d'une réhabilitation

"Nous applaudissons la compassion" dont ont fait preuve les autorités kosovares, a ajouté l'ambassade dans un communiqué. Pour le ministre kosovar de la Justice Abelard Tahiri, les civils rapatriés "méritent une réhabilitation et l'espoir d'une vie paisible, loin des conflits".

Le Kosovo, à 90% musulman, est le pays européen ayant fourni, proportionnellement à sa population, le plus fort contingent de djihadistes. Selon les estimations officielles, quelque 300 Kosovars sont allés combattre en Syrie et en Irak.

ats/jop

Publié le 20 avril 2019 à 17:22 - Modifié le 20 avril 2019 à 17:24

Une question d'ampleur européenne

Le rapatriement de proches de djihadistes a suscité des controverses dans plusieurs pays. Très touchée par le phénomène, la France avait rapatrié mi-mars cinq enfants après des semaines d'atermoiements, dans un contexte d'hostilité de l'opinion publique face à de tels retours.

Nul ne connaît avec certitude le nombre d'enfants de djihadistes étrangers bloqués en Syrie. L'ONG Save The Children a évoqué un chiffre de plus de 3500 originaires d'une trentaine de pays dans les camps de déplacés.