Modifié

Jair Bolsonaro limoge son deuxième ministre en un peu plus de trois mois

Jair Bolsonaro atteint le cap symbolique des cent jours à la tête du Brésil. Sa cote de popularité est en baisse. [RTS]
Jair Bolsonaro atteint le cap symbolique des cent jours à la tête du Brésil. Sa cote de popularité est en baisse. / 19h30 / 1 min. / le 9 avril 2019
Le président brésilien Jair Bolsonaro a annoncé lundi sur Twitter le limogeage du ministre de l'Education Ricardo Vélez Rodriguez, le deuxième à être remercié en un peu plus de trois mois.

Ricardo Vélez, philosophe d'origine colombienne ardent défenseur d'idées ultra-conservatrices, était sur la sellette depuis des semaines, en raison de couacs à répétition qui ont entraîné la démission d'une vingtaine de hauts fonctionnaires du ministère.

Il a été remplacé par l'économiste Abraham Weintraub, lui aussi professeur d'université, qui était le numéro 2 du ministère de la Casa Civil, un portefeuille clé pour la coordination des actions du gouvernement.

Comme son prédécesseur, le nouveau ministre de l'Education est considéré comme un disciple du très controversé Olavo de Carvalho, écrivain brésilien installé aux Etats-Unis et supposé "gourou" idéologique de Jair Bolsonaro.

"Je remercie le professeur Vélez pour les services rendus", a simplement déclaré le président Bolsonaro sur Twitter, après une brève présentation du nouveau ministre.

Luttes intestines

Ricardo Vélez, dont le ministère a été le théâtre de luttes intestines qui ont conduit au départ d'une vingtaine de hauts fonctionnaires, est un fervent partisan d'un encadrement en partie militaire dans les collèges publics, un moyen, selon lui, de garantir la sécurité des élèves et des professeurs.

Sa brève gestion a été marquée par plusieurs rétropédalages, notamment au sujet d'une circulaire réclamant que les élèves soient filmés en train de chanter l'hymne national.

"Cannibales"

Il a aussi été fortement critiqué pour avoir déclaré que les Brésiliens se rendant à l'étranger se comportaient comme des "cannibales", volant des serviettes et autres objets dans les avions ou les hôtels.

Le 18 février, Jair Bolsonaro avait déjà limogé le ministre du Secrétariat général de la présidence Gustavo Bebianno, éclaboussé par une affaire de candidatures fantômes du Parti social-libéral (PSL), la formation du président, dans l'unique but de profiter de financements publics.

afp/pym

Publié Modifié