Modifié le 31 mars 2019 à 16:11

L'UE interdira les produits en plastique à usage unique dès 2021

Les grandes chaînes de fastfood devront repenser leur politique en matière de déchets plastiques.
Les grandes chaînes de fastfood devront repenser leur politique en matière de déchets plastiques Forum / 3 min. / le 30 mars 2019
Pailles, touillettes à café ou Q-Tips: le Parlement européen a entériné cette semaine la fin dès 2021 de ces produits en plastique à usage unique qui polluent les océans. Gros producteurs de déchets, les fast-foods sont sous pression pour les remplacer.

Une dizaine de catégories de produits pour lesquels existent des alternatives, comme les couverts, les assiettes ou encore les bâtonnets pour ballons, seront interdits.

Pour d'autres produits, notamment les emballages en plastique pour des aliments prêts à consommer, l'objectif est de réduire leur utilisation au niveau national et d'être plus exigeant sur leur conception et leur étiquetage.

Vingt-deux milliards d'euros d'économies

"Le plastique empoisonne nos mers, il tue leurs habitants et il nous menace, nous, au bout de la chaîne. Il était urgent d'agir", a insisté mercredi la Belge Frédérique Ries (groupe Alde, libéraux), rapporteur du texte, approuvé par 560 voix pour, 35 contre 28 abstention.

La nouvelle législation "permettra de réduire la facture des dégâts environnementaux de 22 milliards d'euros, soit le coût de la pollution aux plastiques en Europe jusqu'en 2030", a-t-elle ajouté.

Le texte de l'UE interdit également les plastiques dits oxodégradables (étiquetés biodégradables de façon abusive) comme certains sacs, ou encore les gobelets et autres barquettes alimentaires en polystyrène expansé, bien connus des habitués des repas à l'emporter.

Grandes chaînes de fast-food sous pression

Selon un rapport de l'ONU, seuls 9% des 9 milliards de tonnes de plastique que le monde a jamais produit ont été recyclés jusqu'ici. Les chaînes de restauration rapide sont responsables d'une part non négligeable de ce total: ainsi, selon une étude le l'ONG Zero Waste France, McDonald's serait à lui seul à l'origine d'une émission d'un kilo de déchets par seconde.

Les fast-foods se verront donc contraints de mettre en place une politique qui tendra vers le "zéro déchets", même s'ils bénéficieront d'un répit pour les catégories d'emballages pour lesquels il n'existe pas d'alternative plus écologique. A terme, l'objectif reste toutefois l'utilisation de vaisselle réutilisable – au moyen d'un système de consigne, si nécessaire – ou réellement biodégradable.

afp/ther/vic

Publié le 30 mars 2019 à 22:30 - Modifié le 31 mars 2019 à 16:11