Modifié le 18 mars 2019 à 12:46

La francophonie en plein essor mais suspendue à l'Afrique

Un écolier lit des mots en français dans l'école primaire  d'Oudaya, à Rabat, au Maroc.
La francophonie en plein essor mais suspendue à l'Afrique Le Journal horaire / 1 min. / le 18 mars 2019
Le nombre de francophones dans le monde pourrait doubler d'ici à 50 ans grâce au boom de l'Afrique. Mais encore faut-il relever le défi de la scolarisation au sud du Sahara, avertit un rapport diffusé pour la Journée internationale de la Francophonie, mercredi.

Avec 300 millions de locuteurs, soit une progression de 10% depuis 2014, le français conforte sa place de cinquième langue la plus parlée dans le monde. Il est précédé du chinois, de l'anglais, l'espagnol et l'arabe, révèle le rapport quadriennal de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

La part des francophones dans le monde reste "très stable," faisant mentir la pensée selon laquelle la langue de Molière perd le combat face à celle de Shakespeare. Même en tant que langue de l'internet, le français maintient sa place de quatrième, derrière l'anglais, le chinois et l'espagnol.

Ce dynamisme va s'amplifier. D'ici à 50 ans, le français sera parlé par 477 à 747 millions de personnes dans le monde, le faisant "peut-être" passer devant l'espagnol, grâce au dynamisme "fulgurant" de la francophonie en Afrique, explique Alexandre Wolff, coordinateur du rapport et responsable de l'Observatoire de la langue française à l'OIF, basée à Paris.

L'Afrique, planche de salut

L'Afrique était encore en 2015 le deuxième continent francophone derrière l'Europe, abritant un peu plus de 40% des locuteurs du français. En 2070, près de 80% des francophones vivront en Afrique.

Le logo de l'OIF, l'Organisation internationale de la francophonie. Le logo de l'OIF, l'Organisation internationale de la francophonie. [francophonie.org]

La "croissance francophone" est même "beaucoup plus rapide" que la démographie: la population du Bénin, du Mali et du Niger a ainsi été multipliée par cinq en 40 ans (1960-2000) mais le nombre de francophones a été multipliée par 45, "en raison d'un meilleur accès à l'éducation," explique le rapport, qui sort à la ville de la Journée internationale de la francophonie, célébrée le 20 mars.

Le défi de l'apprentissage

Mais, pour réaliser les projections les plus optimistes, il faut relever le défi "énorme" de la scolarisation, souligne Alexandre Wolff. "Pour l'instant, le niveau est loin d'être atteint," avertit-il: 71% des enfants en deuxième année du primaire en Afrique subsaharienne francophone ne maîtrisent pas le français.

"L'anglais ne remplacera pas le français en Afrique," tranche l'expert. "Aucun pays ne laisse à penser qu'il va passer à l'anglais comme langue d'enseignement, au lieu du français".

De même, il est "peu probable" que les langues nationales africaines se substituent au français. "Même dans les pays africains où les langues nationales progressent, les études révèlent que le nombre de francophones progresse également: on a besoin du français pour communiquer entre Africains francophones n'ayant pas la même langue nationale," explique Alexandre Wolff.

ats/sjaq

Publié le 18 mars 2019 à 12:23 - Modifié le 18 mars 2019 à 12:46