Modifié le 06 mars 2019 à 11:56

"Les gilets jaunes ont été réduits à une foule laide, haineuse et antisémite"

L'invité de La Matinale (vidéo) – Edwy Plenel, auteur de "La victoire des vaincus"
L'invité de La Matinale (vidéo) – Edwy Plenel, auteur de "La victoire des vaincus" La Matinale / 10 min. / le 06 mars 2019
Edwy Plenel, journaliste français et cofondateur de Mediapart, a fustigé mercredi au micro de La Matinale la "disqualification organisée" du mouvement des gilets jaunes par le gouvernement français.

Il faut voir dans le mouvement des gilets jaunes "le surgissement d'un peuple", affirme Edwy Plenel, dont l'ouvrage "La victoire des vaincus, à propos des gilets jaunes" (La Découverte) paraîtra jeudi.

"Il s'agit de réhabiliter ce surgissement, ce cri. Toutes nos conquêtes démocratiques ont commencé comme cela. Les gilets jaunes sont avant tout un peuple mobilisé contre l'injustice sociale", estime le président et cofondateur du journal en ligne Mediapart. Partis du constat d'une injustice fiscale, les gilets jaunes "ont fait du chemin en parlant ensemble, pour arriver à des revendications pour une plus grande égalité des droits", décrit-il, dans un pays, la France, qu'il estime "ne pas avoir une démocratie très forte."

Edwy Plenel, cofondateur de Mediapart.

Les gilets jaunes ne se résument pas aux rassemblements du samedi, ni aux incidents ni à quelques olibrius.

Edwy Plenel

La contestation des gilets jaunes, avec ses 40'000 personnes rassemblées lors du 16e acte samedi dernier, n'est-elle pas en train de s'essouffler? "Je n'ai pas souvenir d'un mouvement social d'une telle durée en France", réfute Edwy Plenel.

A ses yeux en effet, le mouvement ne se résume pas aux rassemblements du samedi, ni à des incidents, à des porte-paroles autoproclamés ou à quelques olibrius. "Au-delà de tout cela, on assiste à quelque chose de très profond, une refondation de la démocratie au travers de la délibération." Même si le mouvement décline, il a d'ores et déjà réussi à mettre à l'agenda du gouvernement des questions sociales qui n'étaient pas abordées jusque-là, souligne-t-il.

"Morgue sociale"

Très critique vis-à-vis de la politique d'Emmanuel Macron - qu'il accuse d'avoir "confisqué la volonté populaire" et d'avoir affaibli l'Etat notamment par des décisions sur la fiscalité - Edwy Plenel blâme la "morgue sociale" du président français vis-à-vis des gilets jaunes. "Il a discrédité le mouvement d'en haut, il fallait pour cela qu'il soit laid, violent, antisémite, raciste, une 'foule haineuse' mais minoritaire." Or, rappelle le journaliste, les droits avancent toujours avec les minorités. "Ceux qui empêchent par la violence la révolution démocratique dont nous avons besoin préparent des révolutions violentes", prévient-il.

Propos recueillis par Chrystel Domenjoz

Adaptation web: Katharina Kubicek

Publié le 06 mars 2019 à 08:50 - Modifié le 06 mars 2019 à 11:56