Modifié le 17 février 2019 à 12:43

Les "gilets jaunes" manifestent pour marquer trois mois de contestation

Des manifestants des "gilets jaunes" défilent le 16 février sur les Champs Elysées, à Paris.
Mobilisation en baisse des "gilets jaunes" après trois mois de contestations Le 12h30 / 2 min. / le 17 février 2019
Plusieurs milliers de "gilets jaunes" ont manifesté samedi à Paris et des rassemblements s'organisaient ailleurs en France, trois mois après le début de ce mouvement de contestation.

Un total de 41'500 personnes se sont mobilisées samedi en France, dont 5000 à Paris, où quelques heurts ont été enregistrés, dans le cadre de l'acte 14 des "gilets jaunes", selon le ministère de l'Intérieur.

Ils étaient 51'400, dont 4000 à Paris, la semaine précédente, selon le ministère de l'Intérieur, soit une mobilisation en recul par rapport aux dernières semaines. Un affaiblissement toutefois contesté par le mouvement, qui concède seulement une stagnation de ses forces.

>> Lire aussi: Une mobilisation en recul pour l'acte 13 des "gilets jaunes"

Dans la capitale française, traditionnelle place forte de la mobilisation, un cortège de plusieurs milliers de personnes qui s'était retrouvé place de l'Etoile a descendu l'avenue des Champs-Elysées avant de traverser la Seine en direction d'un grand boulevard. D'autres manifestations d'envergure ont lieu à Bordeaux et Toulouse (sud-ouest).

Depuis le 17 novembre

Ce mouvement inédit, lancé le 17 novembre et né sur les réseaux sociaux de la contestation de la hausse de la fiscalité sur les carburants, a essaimé dans toute la France et poussé le gouvernement à des mesures sociales et au lancement d'un grand débat national.

Les "gilets jaunes" contestent la politique fiscale et sociale du gouvernement, réclament plus de pouvoir d'achat et appellent, pour certains, à la démission d'Emmanuel Macron.

Soutien populaire en recul

Cette contestation voit le large soutien populaire dont elle bénéficiait s'effriter: pour la première fois, une majorité de Français (56%) souhaitent que la mobilisation s'arrête, selon un sondage Elabe diffusé mercredi.

Comme lors des précédents samedis, le 9 février avait été marqué par des incidents. Devant l'Assemblée nationale à Paris, un manifestant avait eu la main arrachée lors d'affrontements avec les forces de l'ordre, entretenant la controverse sur les violences policières.

>> Revoir l'enquête de Mise au point sur le très critiqué lanceur de balles de défense (LBD)

LBD 40: enquête sur une arme suisse
Mise au Point - Publié le 10 février 2019

>> Lire aussi: Une arme suisse et ses blessures dans le viseur des "gilets jaunes"

afp/cab

Publié le 16 février 2019 à 16:59 - Modifié le 17 février 2019 à 12:43