Modifié

Guinée: les putschistes revendiquent le pouvoir

Les putschistes ont paradé dans les rues de la capitale. [Reuters]
Les putschistes ont paradé dans les rues de la capitale. [Reuters]
Les militaires putschistes ont assis leur pouvoir mercredi au lendemain du coup d'Etat en Guinée en paradant dans les rues de Conakry. Leur chef, Moussa Dadis Camara, a affirmé dans la soirée être le nouveau "président de la République".

Alors que la situation semblait encore très confuse dans la
matinée, le soutien à la junte (appelée Conseil national pour la
démocratie et le développement - CNDD) au sein de l'armée était
difficile à évaluer. Le coup d'Etat, qui a suivi de quelques heures
seulement l'annonce de la mort lundi soir du général Conté,
semblait se confirmer dans la soirée, les putschistes paradant,
acclamés par la rue, dans la péninsule stratégique du Kaloum,
véritable "coeur du pouvoir" dans le centre de Conakry.

Après avoir été nommé chef de la junte en début d'après-midi, le
capitaine Moussa Dadis Camara a affirmé mercredi soir être le
nouveau chef de l'Etat. "Je suis convaincu, rassuré que je suis le
président de la République, le président du Conseil national pour
la démocratie et le développement (CNDD)", a-t-il déclaré au cours
de sa première conférence de presse.

"Le grand mouvement de soutien qui vient de se passer, du camp
militaire jusqu'au niveau du palais présidentiel, cela se passe de
commentaires", a-t-il ajouté, depuis le camp Alfa Yaya de Conakry,
le plus grand du pays.

La junte se veut rassurante

Les auteurs du coup de force, qui avaient décrété le couvre-feu
dans tout le pays de 20H00 à 06H00 (locales et GMT) à compter de
mercredi, l'ont repoussé à vendredi "pour permettre aux chrétiens
de passer tranquillement la fête de Noël". Ils ont aussi tenté de
rassurer en fixant un terme à la "transition".

"Peuple de Guinée, la prise du pouvoir par ton armée est un acte
de civisme qui répond à la volonté de sauver un peuple en détresse.
Fier d'avoir accompli cette mission, le Conseil (junte) n'a aucune
ambition de s'éterniser au pouvoir", ont-ils indiqué dans un
communiqué. "Le Conseil s'engage à organiser des élections libres,
crédibles et transparentes fin décembre 2010", selon le
texte.

afp/mej/sbo

Publié Modifié

Lansana Conté sera enterré vendredi

Les funérailles nationales du président guinéen Lansana Conté, décédé lundi soir à 74 ans après 24 années au pouvoir, sont prévues vendredi, a-t-on appris mercredi de source proche de la famille.

"Les funérailles nationales auront lieu vendredi avec une inhumation dans son village de Lansanya", à 100 km au nord de Conakry, a précisé à l'AFP cette même source.

Le mandat du président Conté devait s'achever fin 2010.

Selon la Constitution, le président de l'Assemblée nationale devait à la mort du chef de l'Etat assurer provisoirement la gestion du pays avant d'organiser des élections dans les 60 jours.

Réunion de l'Union africaine

Une réunion d'urgence du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l'Union africaine (UA) consacrée à la situation en Guinée a débuté mercredi au siège de l'organisation à Addis Abeba. Les travaux se tiennent à huis clos.

Avant le début de la réunion dans la capitale éthiopienne, les ambassadeurs membres du CPS ont observé une minute de silence à la mémoire du président guinéen Lansana Conté.

L'Union africaine a brandi mercredi la menace de sanctions "fermes" contre les putschistes "dans le cas où le coup d'Etat serait consommé".