Modifié mercredi à 08:34

L'OMS veut protéger les jeunes oreilles des décibels trop élevés

La surdité pourrait devenir un problème global si aucune mesure n'est prise.
L’OMS veut mieux protéger les jeunes du risque de surdité La Matinale / 1 min. / mercredi à 06:30
Particulièrement exposés aux appareils audio, les jeunes de 12 à 35 ans sont menacés de surdité. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a présenté un nouveau standard de prévention pour les gouvernements et les fabricants.

Selon les estimations de l'OMS, 900 millions de personnes pourraient être sourdes d'ici 2050. C'est ce qu'a rappelé mardi à Genève la responsable du programme Prévention de la surdité et de la déficience auditive à l'OMS, Shelly Chadha. Une problématique qui touche déjà plus de 460 millions de personnes, rendues sourdes en raison de leur exposition à des sons trop forts. Le smartphone est notamment dans le viseur de la prévention.

La moitié des cas pourraient être évités avec des mesures de santé publique. Alliée à l'Union internationale des télécommunications, l'OMS recommande un système de mesure du son et une alerte si le volume dépasse ce qui est préconisé. Un mécanisme devrait évaluer la consommation individuelle. Mais les organisations vont encore plus loin dans la prévention: ils demandent une réduction automatique du volume et un possible contrôle parental.

Mesures non contraignantes

La Suisse a déjà pris des mesures pour protéger l'ouïe: le pays exige depuis plus de 10 ans des organisateurs de manifestation une surveillance et une notification des volumes du son et la distribution d'instruments pour protéger leurs oreilles. Chaque Etat devra décider d'imposer ou non les recommandations de l'OMS et de l'UIT aux fabricants.

Le handicap contre lequel se battent les organisation coûte cher à l'échelle internationale: l'équivalent de plusieurs centaines de milliards de francs par an. "Il faut donner aux gens des options de sécurité", estime Shelly Chadha. Ce sera ensuite aux usagers de décider s'ils veulent suivre les standards de l'OMS.

ats/ani

Publié mercredi à 08:34 - Modifié mercredi à 08:34