Modifié lundi à 21:25

Une petite-fille d'immigrés suisses dans la course à la Maison Blanche

Amy Klobuchar lance sa campagne dans un contexte très hivernal, à Minneapolis, ce 10 février 2019.
Amy Klobuchar, démocrate qui lance sa candidature pour 2020 aux Etats-Unis, est petite-fille d’immigrés suisses La Matinale / 1 min. / lundi à 06:30
Une nouvelle sénatrice s’est lancée, hier, dans l’arène de la présidentielle américaine. Amy Klobuchar, du Minnesota, est une démocrate centriste, qui entretient par ailleurs des liens étroits avec la Suisse. Elle est petite-fille d’immigrés alémaniques.

C’est sous la neige du Minnesota qu’Amy Klobuchar, a annoncé sa candidature. La sénatrice, âgée de 58 ans, est une politicienne du Midwest. Capable de plaire à la fois à des électeurs conservateurs et à des urbains, Amy Klobuchar cultive cette approche bi-partisane, et elle se définit d’ailleurs comme une bâtisseuse de ponts. Elle incarne une réponse intéressante à Donald Trump, au moment où la politique américaine est totalement polarisée.

Première femme de l’Etat du Minnesota à avoir été élue au Sénat américain, Amy Klobuchar possède aussi la spécificité d’avoir des racines suisses. Ses grands-parents maternels étaient suisses. Le grand-père était un Heuberger du canton de St-Gall, la grand-mère une Wüthrich, originaire de Berne.

Sens du compromis

Amy Klobuchar garde des liens avec la Suisse. Elle rencontre régulièrement les conseillers fédéraux de passage à Washington. La semaine dernière encore, elle s’entretenait avec Ignazio Cassis, le chef du Département fédéral des affaires étrangères.

Si Amy Klobuchar n’est pas la plus connue des candidats démocrates, elle peut miser sur ses qualités de rassembleuse, de politicienne du compromis, des qualités somme toute très helvétiques.

Raphaël Grand/pym

Publié lundi à 10:00 - Modifié lundi à 21:25

Bataille de tweets avec Donald Trump

Le locataire de la Maison Blanche n'a pas manqué d'ironiser sur Amy Klobuchar en twittant:

"Bon, ça arrive encore. Amy Klobuchar a annoncé qu'elle brigue la présidence, parlant fièrement de lutter contre le réchauffement climatique, debout en pleine tempête de neige et températures glaciales. Mauvais timing. Vers la fin de son discours elle avait l'air d'un Bonhomme (femme) de neige!"




Mais la sénatrice démocrate a aussitôt répliqué en twittant à son tour:

"La science est de mon côté, Donald Trump. Je me réjouis de débattre avec vous du changement climatique (et de beaucoup d'autres sujets). Et je me demande comment vos cheveux s'en tireraient dans le blizzard?