Modifié le 01 février 2019 à 13:13

L'usage du lanceur de balles de défense maintenu en France

Les policiers en France garderont le droit d'utiliser des LBD, armes qui permettent de tirer des balles en caoutchouc.
Les policiers en France garderont le droit d'utiliser des LBD, armes qui permettent de tirer des balles en caoutchouc Le 12h30 / 2 min. / le 01 février 2019
Le Conseil d'Etat français a rejeté vendredi les demandes de suspension de l'usage du lanceur de balles de défense (LBD). Il estime que le risque de violences rend "nécessaire de permettre aux forces de l'ordre de recourir à ces armes".

Le LBD, dont l'utilisation a été validée vendredi par le Conseil d'Etat, a remplacé le Flash-Ball dans l'arsenal des forces de l'ordre françaises, ouvrant une polémique sur le nombre de blessures graves infligées à des manifestants.

Une enquête est d'ailleurs en cours sur la blessure à l'oeil infligée samedi dernier à Paris, lors d'incidents place de la Bastille, à un chef de file des "Gilets jaunes", Jérôme Rodrigues, qui a porté plainte.

Le syndicat CGT et la Ligue des droits de l'homme avaient tenté mercredi de convaincre les juges administratifs d'interdire cette arme selon eux "dangereuse", à l'origine de nombreuses blessures graves et utilisée plus de 9200 fois depuis le début du mouvement de contestation sociale.

Un produit suisse

Mais le Conseil d'Etat, la plus haute juridiction administrative française, a estimé que "contrairement à ce que les demandeurs affirmaient, l'organisation des opérations de maintien de l'ordre mises en place lors des récentes manifestations ne révélait pas une intention des autorités de ne pas respecter les conditions d'usage, strictes" de ces armes dites de "force intermédiaire".

Le LBD est produit par la société suisse Brügger & Thomet, basée à Thoune (BE).

Agences/pym

Publié le 01 février 2019 à 13:08 - Modifié le 01 février 2019 à 13:13