Modifié le 05 janvier 2019 à 17:00

Le Parlement français durcit le ton pour la future loi "anti-casseurs"

Le Premier ministre Edouard Philippe devant l'Assemblée nationale française, le 30 janvier 2019.
Le Parlement français durcit le ton dans l'élaboration de la loi "anti-casseurs" Le 12h30 / 1 min. / le 31 janvier 2019
L'Assemblée nationale française a donné mercredi soir son feu vert à deux mesures-clé de la future loi "anti-casseurs" - le délit de dissimulation de visage et la possibilité d'interdire de manifester - des propositions âprement contestées.

Les députés ont poursuivi l’examen de la loi "anti-casseurs" jusque tard dans la nuit de mercredi à jeudi. Ce texte est demandé par le gouvernement français à la suite des manifestations violentes de ces dernières semaines.

Les députés ont notamment validé deux dispositions qui font débat: un délit de dissimulation du visage dans les manifestations, assorti d'une peine d'un an de prison et de 15'000 euros d’amende. Les préfets pourront également prononcer des interdictions de manifester contre des individus représentant "une menace d'une particulière gravité pour l'ordre public", sous peine de six mois d'emprisonnement et 7500 euros d'amende en cas d'infraction.

Débats tendus

Ces deux dispositions passent très mal du côté de la gauche et ont donné lieu à des débats tendus, qui soulignent l’électricité dans le pays autour de la question de la violence commise par les uns et les autres. A gauche, on estime que ce texte anti-casseurs est contraire au droit de manifester. Les porte-parole d'En Marche, eux, martèlent que cette loi permettra au contraire à ceux qui veulent manifester pacifiquement de pouvoir le faire.

A noter que le texte doit encore passer devant le Sénat et revenir devant l’Assemblée avant d’être formellement adopté.

>> Le point dans le 19h30 sur l'usage d'arme par la police:

Polémique en France sur l'usage par la police d'une arme lors des manifestations des gilets jaunes
19h30 - Publié le 31 janvier 2019

>> Lire aussi: Le gouvernement français veut une nouvelle loi "anticasseurs"

Ariane Hasler/kkub

Publié le 05 janvier 2019 à 11:04 - Modifié le 05 janvier 2019 à 17:00