Modifié le 23 janvier 2019 à 07:18

"Le chemin de l’Europe sera plus long pour les Suisses que pour les Anglais"

Tony Blair: "Le chemin de l’Europe sera plus long pour les Suisses que pour les Anglais"
Tony Blair: "Le chemin de l’Europe sera plus long pour les Suisses que pour les Anglais" L'actu en vidéo / 2 min. / le 22 janvier 2019
L’ancien Premier ministre Tony Blair, partisan d’un second référendum sur le Brexit, juge que la "fibre européenne reste forte au Royaume-Uni, marquée par l’histoire". Il estime d'ailleurs que le chemin sera long pour la Suisse.

"Nous avons souvent joué notre rôle dans la même histoire que les autres peuples de l'Europe", estime Tony Blair mardi dans un entretien accordé à la RTS en marge du World Economic Forum.

"C'est la raison pour laquelle j'espère que les Anglais ont changé d'avis sur le Brexit", ajoute celui qui a dirigé la Grande-Bretagne entre 1997 et 2007. "Après plusieurs mois de désordre, ils peuvent maintenant en mesurer les risques et les conséquences."

La position de la Suisse est "plus éloignée de Bruxelles"

Tony Blair, qui est aujourd'hui âgé de 65 ans, juge également que la position de la Suisse est "plus éloignée de Bruxelles". "Nous avons une histoire différente", analyse-t-il, en prédisant une intégration plus lointaine de la Suisse dans l'ensemble européen.

L'ex-Premier ministre se dit par ailleurs "inquiet" d'une Europe libérale fragilisée et compte sur la France pour maintenir le cap du projet européen: "Emmanuel Macron garde le leadership de l'Europe, malgré la crise des gilets jaunes, parce qu'il a entrepris des réformes."

Darius Rochebin/boi

Publié le 22 janvier 2019 à 19:15 - Modifié le 23 janvier 2019 à 07:18