Modifié le 14 janvier 2019 à 15:40

La Libye, un pays sans Etat et toujours en plein chaos depuis 2011

La Libye est un pays sns Etat fort depuis la chute de Kadhafi.
Etat des lieux de la situation en Libye depuis la chute de Kadhafi Tout un monde / 3 min. / le 14 janvier 2019
Depuis la chute du dictateur Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est un pays sans Etat, toujours plongé dans le chaos. Elle reste divisée avec trois centres de pouvoir et la situation sécuritaire est très critique.

Aujourd'hui, le pays reste totalement divisé. Les milices continuent de régner en maîtres alors que l'économie stagne, même si depuis quelque temps les Libyens peuvent enfin retirer plus facilement leur argent des banques.

Il s'agit d'une légère amélioration dans la vie quotidienne des Libyens. Mais bon nombre d'entre eux sont dans une situation économique qui les oblige à fuir leur pays. Cette situation était totalement inimaginable du temps de Khadafi. A cette époque, la Libye était le pays riche du continent qui employait des gens du monde entier. Les Libyens vivaient alors très confortablement alors qu'aujourd'hui, économiquement parlant, ils sont pris à la gorge.

Le point sur la sécurité

Le gouvernement soutenu par la communauté internationale est toujours dans l'incapacité d'assurer la sécurité des citoyens. Ainsi, il est toujours très difficile de circuler d'une ville à l'autre. Les Libyens eux-mêmes se font kidnapper et rançonner. Les milices qui disent défendre le pays forment pour la plupart un tissu mafieux.

L'Etat est également de plus en plus visé par des attaques, souvent revendiquées par le groupe Etat islamique. Ce dernier est toujours très actif dans le pays et vise régulièrement les institutions étatiques, déjà fragiles.

>> Lire: Attaque meurtrière contre le ministère des Affaires étrangères à Tripoli

Le point sur la migration

Concernant la migration, la Libye reste un lieu de passage sur la route sud-nord. Même si moins de migrants atteignent l'Europe, ils sont toujours aussi nombreux à arriver en Libye.

Ces migrants sont coincés dans les prisons, se font torturer ou travaillent comme des esclaves. Ils continuent d'être jetés à la mer, malgré l'hiver, par les passeurs lorsque ceux-ci leur ont extorqué tout l'argent qu'ils pouvaient.

Les ONG ne sont quasiment plus en mesure de secourir les migrants perdus en mer en raison des politiques européennes.

Un pays sans Etat

La Libye est un pays sans Etat, un pays contrôlé par des groupes armés, un pays ouvert à tous les trafics mais fermé aux journalistes. Il est en effet quasiment impossible d'obtenir un visa pour y travailler comme journaliste.

C'est dans ce contexte que les différents groupes doivent se retrouver cette année dans une grande conférence nationale. Son but: stabiliser la situation dans le pays et permettre ainsi la tenue d'élections.

Tels sont les objectifs de Ghassan Salamé, émissaire de l'ONU pour la Libye, et de certaines personnalités politiques libyennes, comme Mohamed Dayri, ministre des Affaires étrangères jusqu'au printemps dernier du gouvernement d'intérim, dit de Tobrouk, une des trois principales instances qui se disputent le pouvoir en Libye.

Les deux autres instances sont le gouvernement d'union nationale, reconnu par la majorité de la communauté internationale, et à l'est du pays, le maréchal Haftar qui a rétabli une certaine sécurité en Cyrénaïque et qui est soutenu par l'Egypte et la Russie. Il n'y a pas d'autorité unique reconnue sur tout le territoire.

>> Pour Mohamed Dayri, interrogé dans l'émission Tout un monde, la conférence nationale envisagée par l'ONU doit s'ouvrir à tous les groupes:

Mohamed Dayri, ministre des Affaires étrangères jusqu’au printemps 2018 du gouvernement d’intérim.
Minasse Wondimu Hailu - AFP/ Anadolu Agency
Tout un monde - Publié le 14 janvier 2019

Maurine Mercier/Patrick Chaboudez/lan

Publié le 14 janvier 2019 à 15:14 - Modifié le 14 janvier 2019 à 15:40