Modifié

Une ONG basée à Genève mise sur les drones pour aider les pays émergents

Un drone utilisé pour transporter de l'aide alimentaire lors d'inondations en Chine (image d'illustration). [afp - cdsb - Imaginechina]
Un drone utilisé pour transporter de l'aide alimentaire lors d'inondations en Chine (image d'illustration). [afp - cdsb - Imaginechina]
L'ONG Werobotics, fondée en 2015 et basée à Genève, recourt aux drones pour aider les pays en développement à résoudre des problèmes sociaux. Selon sa cofondatrice, cette technologie présente de nombreux atouts.

Werobotics met des drones à disposition des pays émergents. Ses appareils ont notamment été utilisés pour combattre le virus Zika au Brésil, ou encore pour livrer des médicaments en République dominicaine.

Selon la co-fondatrice de l'ONG Sonja Betschart, les drones présentent plusieurs atouts qui les rendent particulièrement adaptés aux pays en développement et à l'aide humanitaire.

Sonja Betschart, co-fondatrice de WeRobotics. [WeRobotics]WeRobotics
Des drones pour venir en aide aux pays en développement / Forum / 6 min. / le 30 décembre 2018

"Les drones permettent d'acquérir des données aériennes et donc de présenter un point de vue important sur un grand nombre de problèmes sociaux", a expliqué Sonja Betschart dimanche dans Forum.

Les drones offrent ces possibilités "n'importe quand, à un coût très bas (...), quasiment n'importe où, ils sont très rapides à déployer et faciles à utiliser", a-t-elle poursuivi.

Dans les situations d'inondations, comme au printemps dernier en Afrique de l'Est, les drones permettent de cartographier les changements causés par les crues. Ces données peuvent aider les intervenants locaux à agir plus efficacement et à mieux anticiper.

"Créer des experts locaux"

Werobotics a également mis en place 17 centres d'expertise appelés "flying labs" dans les pays concernés en Amérique du Sud, en Asie et en Afrique, avec l'objectif de "créer des experts locaux".

"La plupart des désastres sont des désastres locaux, qui ne sont pas connus internationalement et pour lesquels des experts internationaux ne seront jamais déployés", a souligné Sonja Betschart.

Pour la spécialiste, il est donc important de former des experts locaux pour garantir la durabilité de l'aide sur place. "Ces experts locaux pourront aussi former d'autres personnes sur place, ce qui permet de créer un marché, une petite économie et des places de travail", a-t-elle conclu.

ptur

Publié Modifié