Modifié le 23 décembre 2018 à 11:56

La France a établi une liste rouge des jouets dangereux pour Noël

Les autorités françaises ont établi une liste rouge des jouets et décorations de Noël dangereux.
La France établit une liste des jouets et décorations de Noël dangereux Le 12h30 / 1 min. / le 20 décembre 2018
A l'approche des fêtes de fin d'année, les ventes de jouets explosent sur les plateformes en ligne et le phénomène n'est pas sans poser quelques problèmes. La France a ainsi établi une liste de jouets et de décorations de Noël jugés dangereux.

La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), un organisme du gouvernement français, a commandé près de 70 jouets et décorations de Noël pour les tester. Au total, un article sur trois a été classé dans la catégorie des produits dangereux.

Une liste, avec les photos, se trouve sur le site du gouvernement. On y découvre par exemple une tortue en peluche dont les yeux se détachent trop facilement et qui pourraient étouffer son jeune propriétaire. Des yeux qui, en prime, contiennent du plomb.

Cette tortue en peluche est entre autre jugée dangereuse car ses yeux se détachent trop facilement.
Cette tortue en peluche est entre autre jugée dangereuse car ses yeux se détachent trop facilement. [DGCCRF]

La Suisse moins bien protégée que la France

En Suisse aussi, les consommateurs sont exposés à ce genre de risque car les articles interdits en France peuvent également être commandés sur ces plateformes internationales. Le carton est expédié depuis l'étranger et arrive directement au domicile de l'acheteur.

En commandant ou en achetant directement chez un commerçant helvétique, le risque est le même. En effet, la Fédération romande des consommateurs rappelle que la loi suisse ne protège pas le consommateur comme en France. Il n'existe pas de surveillance indépendante des produits mis sur le marché. Au contraire, le système suisse est celui de l'auto-contrôle, ce qui en d'autres termes signifie que les personnes chargées de vérifier la dangerosité du produit sont celles qui vont tenter de le vendre.

Simon Corthay

Adapation web: Tristan Hertig

Publié le 23 décembre 2018 à 10:10 - Modifié le 23 décembre 2018 à 11:56