Publié le 18 décembre 2018 à 14:34

Une trêve fragile fait renaître l'espoir d'un cessez-le-feu au Yémen

Yémen: l'espoir d'un cessez-le-feu renaît après la trêve conclue jeudi entre les belligérants sous l'égide de l'ONU.
Yémen: l'espoir d'un cessez-le-feu renaît après la trêve conclue jeudi entre les belligérants sous l'égide de l'ONU. 12h45 / 1 min. / le 18 décembre 2018
Après une flambée de violences, les armes se sont tues mardi dans la ville de Hodeida, principal front de la guerre au Yémen, à la suite de l'entrée en vigueur d'une trêve négociée par l'ONU. La situation reste cependant très fragile.

Malgré un accord sur un cessez-le-feu "immédiat" conclu le 13 décembre en Suède entre le pouvoir soutenu militairement par l'Arabie saoudite et les rebelles Houthis appuyés politiquement par l'Iran, des affrontements parfois violents ont secoué par intermittence cette ville clé de l'ouest du pays.

Lundi, l'ONU a annoncé que la trêve entrerait finalement en vigueur à minuit locale (22h en Suisse). D'intenses combats ont pourtant éclaté juste après minuit, pendant quelques heures, preuve d'une situation très instable.

Trêve surveillée par l'ONU

"Le calme est totalement revenu mardi à 3h locales", selon une source militaire loyaliste. Ce que des habitants contactés au téléphone par l'Agence France-Presse (AFP) ont confirmé.

Dans l'immédiat, il n'était pas possible de dire si l'arrêt des combats était en application du cessez-le-feu, ou juste temporaire. Des habitants expliquent que de violents affrontements éclatent d'habitude la nuit et cessent avant l'aube.

Selon un responsable de l'ONU, un comité incluant des représentants des protagonistes et dirigé par les Nations unies sera envoyé à Hodeida dans les 24 heures pour surveiller la trêve.

afp/gma

Publié le 18 décembre 2018 à 14:34

"Un point positif"

"C'est une trêve très courte. Elle a été violée par les deux parties à peine quelques minutes après la déclaration de cessez-le-feu. Mais c'est tout de même un point positif. On sait très bien que les deux parties ne maîtrisent pas tous les soldats et les éléments armés qui sont à Hodeida", a déclaré mardi Hasni Abidi, directeur du Centre d'études monde arabe et méditerranéen, dans le 12h45 de la RTS.

Celui-ci a rappelé que sept trêves négociées par l'ONU ont échoué depuis le début de la guerre. "Il faut rester prudent, mais aussi compter sur ce début de sortie de crise. Il y a une évolution positive parce que les Américains demandent clairement aux Saoudiens de cesser cette guerre", a expliqué Hasni Abidi.

L'interview de Hasni Abidi dans le 12h45: