Modifié le 06 décembre 2018 à 19:12

Le mouvement des "gilets jaunes" instrumentalisé à travers le monde

Le mouvement des "gilets jaunes" en France est comparé en Russie aux "révolutions de couleur".
Des USA à l’Iran, en passant par la Russie: comment le mouvement des "gilets jaunes" est perçu à l’étranger Forum / 7 min. / le 06 décembre 2018
Des Etats-Unis à la Russie, en passant par la Turquie ou l'Iran, le mouvement des "gilets jaunes" est perçu de manières très diverses, et se retrouve parfois instrumentalisé. Tour d'horizon non exhaustif.

Vu des USA, la politique gauchiste à la source du chaos

Le mouvement des "gilets jaunes" a surtout été récupéré par les conservateurs américains, pour qui le "laxisme" est à l'origine du chaos en France.

Charlie Kirk, une figure de la droite, affirmait mardi que "des émeutes ont lieu dans la France socialiste en raison de la taxe ultra-gauchiste sur les carburants" et accuse les médias de vouloir cacher "une révolte de la classe moyenne contre le marxisme culturel."

L'activiste assure que l'on scande "We want Trump" ("On veut Trump") dans les rues de Paris. Une déclaration erronée, pourtant retweetée par le président américain, provoquant une nuée de réactions.

Donald Trump n'a d'ailleurs pas manqué de lancer une pique mercredi à son homologue français, ironisant sur les concessions faites aux gilets jaunes.

>> Lire aussi: Trump ironise sur les concessions de Macron aux "gilets jaunes"

Vu de Russie, une manoeuvre américaine de déstabilisation

Certains médias gouvernementaux russes comparent le mouvement des "gilets jaunes" en France aux "révolutions de couleur" qui ont secoué ces dernières années d'ex-républiques soviétiques.

Dimanche, Dmitri Kisselev, présentateur vedette de la chaîne Rossiya-1, affirmait que ce mouvement "ressemble à l’exportation américaine d’une révolution de couleur, et tout cela parce que le président Macron a parlé de la nécessité d’une armée européenne."

Le Kremlin a pondéré en disant "ne pas voir" d'influence américaine dans ce mouvement. "C'est une affaire exclusivement interne à la France, a commenté un porte-parole. Pour nous, il est important que ces troubles ne fassent pas de victimes humaines et de blessés, en particulier de citoyens russes."

Vu de Turquie et d'Egypte, des "terroristes" infiltrés

En Turquie, un journal pro-gouvernement affirme que des "partisans d'organisations terroristes telles que le PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) et le HDP (Parti démocratique des peuples) ont participé aux actions qui ont conduit la France au chaos."

Sans nommer les "gilets jaunes", le président Recep Tayyip Erdoğan évoque dans un discours des "actes terroristes" en France, et critique la presse internationale qui n'associe le terrorisme qu'aux pays musulmans, mais "ne parle jamais de terrorisme chrétien ou juif".

En Egypte, des médias proches du président Abdel Fattah al-Sissi relèvent une similarité des événements en France avec les modes opératoires durant le "Printemps arabe", et en concluent qu'une organisation secrète des Frères musulmans opère en France pour déstabiliser le pays.

Appel au calme de l'Iran et du Venezuela

Régulièrement rappelés à l'ordre par les puissances occidentales, des pays comme l'Iran et le Venezuela n'ont pas manqué d'appeler les autorités françaises à la retenue.

La République bolivarienne du Venezuela a publié le 25 novembre un communiqué appelant au dialogue pour "prévenir l'accroissement des tensions".  Le gouvernement a manifesté sa "préoccupation" de voir les manifestants "violemment réprimés par les services de sécurité".

À Téhéran, un porte-parole du ministre des Affaires étrangères s'est inquiété de la "violence du gouvernement français contre son peuple", lui recommandant de "faire preuve de retenue", relaye l'agence de presse Tasnim.

Les médias syriens ont également couvert les manifestations des "gilets jaunes". Une chaîne de télévision pro-gouvernementale compare ainsi des images de rues calmes à Damas face aux scènes de violence à Paris.

La télévision syrienne "Damas Now" compare des images de Damas (haut) à Paris (bas).
La télévision syrienne "Damas Now" compare des images de Damas (haut) à Paris (bas). [Capture d'écran]

Les "gilets jaunes" semblent être l'occasion, pour les pays récemment secoués par des mouvements populaires, de faire un pied de nez à la France, lui signifiant qu'elle non plus n'y échappe pas.

Mouna Hussain

Publié le 06 décembre 2018 à 18:26 - Modifié le 06 décembre 2018 à 19:12

Les Tunisiens ironisent sur le retournement de situation

En Tunisie, où une révolution a fait chuter le régime en 2011, les événements de Paris font écho. Sur les réseaux sociaux, les internautes ironisent sur le retournement de situation, comme dans ce tweet: " Nous nous sommes révoltés pour ressembler à la France, mais voilà que la France ressemble à la Tunisie."



D'autres Tunisiens recyclent des expressions qui faisaient référence à leur révolution; à la place de "révolution de jasmin", c'est la "révolution du croissant". Des piques sont par ailleurs lancées au médias français, leur reprochant de ne pas couvrir ce qu'il se passe dans l'Hexagone de la même manière que pour la Tunisie il y a 7 ans.

Dans les rues de Paris, la référence à la révolution tunisienne n'est d'ailleurs pas inexistante, à l'exemple de ce tag en arabe qui reprend le slogan: "Le peuple veut la chute du système."