Modifié le 04 décembre 2018 à 08:26

Dans les coulisses du Grand Prix d'Abu Dhabi, nouvelle Mecque des affaires

Un si grand prix
Un si grand prix Mise au Point / 13 min. / le 02 décembre 2018
Mis en lumière avec les affaires Maudet et Barazzone, le Grand prix d’Abu Dhabi est devenu un rendez-vous incontournable du gotha mondial et du monde des affaires. La RTS a plongé dans les coulisses de l'événement dimanche dernier.

Finance internationale, industrie des matières premières, luxe : les opportunités d’affaires sont nombreuses. Les entreprises qui veulent inviter des clients déboursent des centaines de milliers de francs pour avoir leur loge privée surplombant la ligne de départ. Au Paddock Club, zone réservée à ces entreprises et à quelques happy few, le prix du ticket d’entrée est de 6000 francs.

"Ce qui se passe sur le bateau, reste sur le bateau"

La Marina, située au milieu du circuit, est un autre haut lieu du business. "Les contrats se signent sur les yachts. Il y a du personnel discret. Ce qui se passe sur le bateau, reste sur le bateau", confie un entrepreneur actif dans la finance. Le Graal pour les hommes d’affaires présents sur place: décrocher des opportunités de business avec la famille royale.

Pour éviter la censure du régime, les deux journalistes de la RTS sont partis avec des moyens légers, smartphones pour l’image et kit main libre pour le son. Ils y ont découvert une manifestation où tout semble permis durant trois jours. Alcool, prostitution: le Grand Prix est une bulle de libéralisme débridé en plein territoire islamique.

Jérôme Galichet/Anastase Liaros

Publié le 02 décembre 2018 à 22:15 - Modifié le 04 décembre 2018 à 08:26