Modifié

Reporters sans frontières appelle à déconfiner l'information

Des journalistes pakistanais manifestent pour la liberté de la presse durant le confinement imposé par le gouvernement face au coronavirus [Farooq Naeem - AFP]
Reporters sans frontières appelle à déconfiner l'information / La Matinale / 1 min. / le 16 juin 2020
Alors que les Etats rouvrent petit à petit leurs commerces et leurs frontières, l’ONG Reporters sans frontières a recensé une trentaine de pays qui profitent de la crise sanitaire pour entraver le travail des journalistes.

En décrétant l'état d’urgence, les pays du globe ont adapté leurs lois pour faire face à la pandémie. Certains en ont profité pour gêner ou empêcher le travail de la presse. Selon Reporters sans frontières (RSF), au moins 35 pays sont concernés.

>> Lire aussi: La liberté de la presse mise à mal par la pandémie de coronavirus

Parmi les entraves à la liberté de la presse, on retrouve l'invocation du couvre-feu pour restreindre la liberté de circulation des journalistes. Une situation vécue notamment en Thaïlande et en Arménie. En Inde et en Egypte, les autorités ont décrété que la seule information crédible était celle du gouvernement. Le Cambodge a quant à lui tout simplement censuré la presse, en interdisant la publication de "toute information qui pourrait générer de l'agitation, de la peur ou des troubles".

L'Europe concernée

Selon Catherine Monnet, rédactrice en chef adjointe à RSF, l'Europe n'est pas épargnée: "En Grèce, on a eu un problème de restriction des sources. Les personnels des hôpitaux se sont vu interdire de parler à la presse. Ils n'ont pas eu le droit de faire des déclarations aux médias."

Et la défenseuse des droits de la presse d'ajouter: "Les reportages des journalistes grecs dans les hôpitaux ont été soumis à des demandes d'autorisation gouvernementale préalable avant diffusion."

Elle cite également l'exemple de la Hongrie, où le Premier ministre Viktor Orbán a fait voter une loi d'urgence. Cette législation pouvait punir jusqu'à cinq ans d'emprisonnement la diffusion de fausses informations. "Le problème, c'est qu'est-ce qui définit une fausse information? La loi était très vague sur ce point, ce qui permet toutes sortes d'abus", affirme Catherine Monnet.

>> Lire aussi: Pouvoirs quasi illimités pour le Premier ministre hongrois face au coronavirus

La loi dite "coronavirus" est censée être abrogée le 20 juin prochain en Hongrie. Dans les autres pays aussi, certaines lois d’urgence ont été levées ou vont bientôt l’être. Mais RSF appelle à la vigilance.

Pauline Rappaz/AFP/ape

Publié Modifié

Les 30 "héros de l'information"

Reporters sans frontières a publié lundi une liste de 30 journalistes, médias et lanceurs d'alerte qui ont contribué par leur travail à sauver des vies en pleine pandémie de Covid-19, parfois au prix de lourdes conséquences personnelles.

En publiant des informations fiables sur la gravité de la pandémie, ou en dénonçant des dysfonctionnements dans la gestion par les autorités de leurs pays, "ils ont contribué à résister à la censure et à lutter contre la désinformation galopante qui mettent en danger la santé des populations", souligne RSF.