Modifié le 08 novembre 2018

Bombardier se restructure encore et va licencier 5000 employés

Chaîne de montage du Global 7000 de Bombardier à Pointe-Claire (Québec).
Chaîne de montage du Global 7000 de Bombardier à Pointe-Claire (Québec). [Christinne Muschi - Reuters]
Le constructeur aéronautique et de matériels ferroviaires Bombardier annonce jeudi le licenciement de quelque 5000 employés dans le monde. Le groupe canadien, toujours en difficulté, veut "rationaliser la structure."

Bombardier cherche à réduire ses coûts et à se recentrer sur ses activités principales de transport et d'avions d'affaires. Il va ainsi vendre des "actifs non stratégiques", dont le programme de fabrication de son turbopropulseur Q400 et la marque Havilland, pour un total de quelque 900 millions de francs.

Le gouffre financier du Cseries

Le groupe poursuit ainsi son plan de redressement, qui court jusqu'en 2020. Il fait suite aux ennuis de trésorerie liés au programme de jets régionaux CSeries et qui l'ont amené au bord du dépôt de bilan en 2015. L'avionneur a déjà cédé une participation majoritaire dans ce programme à Airbus, qui a rebaptisé l'appareil "A220".

Les 5000 licenciements, qui auront lieu dans les 12 à 18 mois, représentent 7,2% de la masse sociale du groupe établi à Montréal.

"Avec les annonces d'aujourd'hui, nous mettons en oeuvre les prochaines mesures nécessaires pour concrétiser la pleine valeur du portefeuille de Bombardier" a déclaré le PDG Alain Bellemare.

agences/oang

Publié le 08 novembre 2018 - Modifié le 08 novembre 2018