Modifié le 19 octobre 2018 à 10:58

Le camion électrique doit avoir sa chance sur les routes suisses

En Suisse, près de 52'000 camions sont immatriculés, dont une vingtaine est électrique.
Des camions électriques plutôt que diesel sur les routes suisses, un changement qui pousse vers l'hydrogène aussi. 19h30 / 2 min. / le 18 octobre 2018
L'exemption actuelle de redevance poids lourds en faveur des camions électriques doit être assurée pour dix ans, demande une interpellation du conseiller national vert'libéral Jürg Grossen.

"Il s'agit de permettre aux camions électriques de gagner leur place sur les routes de Suisse", a expliqué à la RTS Jürg Grossen. Le conseiller national vert'libéral bernois affirme que "sans la certitude que cette exemption ne puisse pas être levée à tout moment, les transporteurs renonceront à investir".

Directeur du constructeur E-Force à Beckenried (NW), Stefan Aufdereggen ajoute: "Certains grands transporteurs nous disent que si un moratoire de plusieurs années est introduit, il vont investir."

Une technologie implique de l'hydrogène

Le prix d'un 37 tonnes, dont les 3 tonnes de batteries au lithium embarquées offrent une autonomie proche de 350 kilomètres, est trois à quatre fois plus élevé qu'un diesel, poursuit Stefan Aufdereggen. Soit aux alentours du demi-million de francs. Mais la différence peut être amortie en quelques années, "grâce notamment à l'exemption de la redevance poids lourds".

En Suisse, près de 52'000 camions sont immatriculés, dont une vingtaine sont électriques. Parmi ceux-ci un est alimenté par de l'hydrogène. Une technologie que Hyundai a promis de développer en Suisse en y livrant d'ici 2023 un millier de camions à hydrogène.

Le projet du groupe sud-coréen sera mené avec l'entreprise suisse H2 Energy. Celle-ci plaide aussi pour l'encouragement de l'électrification du transport poids lourds en Suisse. Celui-ci est responsable de 11% des émissions de CO2 liées aux transports. Les voitures de tourisme y contribuent à hauteur de 67%, selon l'Office fédéral de l'environnement.

Pascal Jeannerat

Publié le 19 octobre 2018 à 10:42 - Modifié le 19 octobre 2018 à 10:58